Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 18:40

Il n'y aura pas de jolie fin à cette 4e (et dernière en France) FIV-ICSI.


Malgré l'espoir fou qui nous habitait depuis le transfert, malgré la conviction que cette fois serait la bonne, malgré le sentiment de confiance un peu retrouvée dans l'équipe médicale avec le changement de centre PMA, malgré tout ce qui semblait s'enchainer (enfin) si bien (la nouvelle maison, la vente de l'appart, différentes autres petites choses...), malgré le vert et le bleu auquel je voulais tant croire, c'est du rouge qui est venu assombrir la fin de mon déplacement en Irlande.

Du rouge discret, insaisissable, qui disparait (laissant l'espoir ténu revenir...) mais revient mais du rouge qui signifie comme pour 3 des précédentes fins, la fin. Du rouge face auquel j'étais seule, à m'effondrer en larmes et à pleurer toute la nuit dans ma (jolie) chambre d'hôtel alors que je me voyais tant faire le test-pipi embarqué dans la valise, à distance mais presque ensemble pour partager une jolie nouvelle. Test que je n'ai pas eu le courage de dégainer seule et qu'on a fait ce matin avec le résultat implacable et pas l'ombre d'une nuance de 2e bande à l'horizon. Des retrouvailles à l'aéroport ce matin que je m'étais imaginée si différentes, pleines de larmes peut-être mais d'émotion, pas de cette rage sourde et de cette douleur qui t'écrase et qui me fait pleurer comme un petit animal blessé dès que je suis seule depuis mercredi après-midi. 

 

Pas ça, pas encore l'échec, pas ces traces qui signifient qu'encore et encore, 3 de nos petits ont fini dans les chiottes, je ne sais pas quand, rejoignant leurs 10 "aînés" au fil des 3 ans de PMA. Pas cet échec cinglant qui te fait redescendre en chute libre alors que tu étais montée très haut dans l'espoir / l'auto-conviction / la bêtise de croire que tu pouvais prétendre au bonheur. Non, cela n'a pas l'air pour nous le bonheur... Et la question qui vient déjà: jusqu'à quand faut il essayer, espérer pour tomber à chaque fois encore plus bas, parce qu'on sait que la fin est proche, parce que l'âge, parce que le jour où on aura tout essayé. Alors penser à demain, à la semaine prochaine, quand on aura pleuré tout ce qu'on a à pleurer dans les bras l'un de l'autre, à la prise de sang pour valider l'échec pour l'hôpital, à ce qu'on décidera de faire "après".

Cet "après" dont je pensais qu'il n'arriverait pas parce que cette FIV allait marcher et nous donner l'enfant (ou les deux petits) dont on rêve, qui sont notre amour même si pas faits en faisant l'amour, des petits chez qui on pourrait traquer la fossette, le regard, l'épis, le nez de son papa ou de sa maman. Mais non, cela non plus, on n'y aura pas droit. Alors le chemin est déjà fait, et le choix aussi, de se dire que tout cela ne signifiera pas grand chose quand ce petit aura passé 9 mois dans mon ventre et sera là. Si seulement mon ventre en est capable d'ailleurs de porter la vie pendant 9 mois, ce qui semble bien ne pas être prouvé...

 

Et puis après, si les IAD ne marchent pas, si les FIV double-don ne marchent pas, si tôt ou tard, il faut bien s'arrêter, on fait quoi ? On devient quoi avec cette peine au fond du corps et de la tête ? Avec cette frustration et cette douleur lancinante quand les autres parlent à propos de tout et de rien d'enfant, de descendance, d'éducation, de transmission...

 

Quand en Irlande, le guide blague en disant que la maternité est le seul hôpital d'où l'on ressort deux fois plus nombreux qu'en entrant. Raconte comment ses parents ont eu un enfant mort-né et n'ont jamais pu en faire vraiment le deuil car il avait été emporté directement. Juste les heures d'après, celles où tu as vu les traces de sang, et quand tu as envie de dire, que même si ce n'étaient pas vraiment encore des bébés, toi tu en as perdu 13, dans les chiottes, sans savoir ni quand ni où. Quand tu te tais, parce que tu ne supporteras pas d'entendre un "ah oui mais ça finira pas marcher" ou un "ah mais pourquoi tu ne fais pas des FIV" ou que sais-je d'autre, quand cette douleur et cette peur de ne JAMAIS avoir d'enfant te tient au corps et au coeur et t'empêche de vivre. Et font que tu te tais la plupart du temps, fuyant les discussions et les regards dès que ça parle d'enfant, cachant ta peine et ta rage parce que toi, il semblerait que tu n'aies pas la chance de pouvoir vivre ça. Ce que les autres font tellement facilement. Vivre, fonder une famille, aimer, transmettre, apprendre, raconter, faire découvrir.

 

Et puis le retour, certes enfin dans les bras l'un de l'autre, mais aussi vers la dure réalité du boulot au bureau, avec toutes ces dates que tu avais négligé pensant bien que tu ne prendrais pas le risque de faire trop de route, ou d'aller à une soirée où l'on déguste du vin. Ben non, puisque cela devait marcher.

Et puis une enième mauvaise nouvelle boulot: le dernier gros contrat qui restait qui s'arrêtera dans quelques mois. Ah si le test-pipi avait dit autre chose, j'aurais pu me dire que j'aurais plus de temps et moins de stress pour me ménager un peu surtout si alitée n'est ce pas et donc moins mobile (j'avais déjà réfléchi à comment leur expliquer que je ne me déplacerais plus physiquement mais continuais mon activité). Mais non, je ne serai pas à réfléchir à me reposer, je ne fêterais pas mon anniversaire enceinte (ce mot que je commencais à peine parfois à oser prononcer tellement j'y croyais), je ne partagerai pas avec lui un très beau cadeau presque au moment de l'anniversaire de MrA, je ne fêterai pas le 1er Noêl dans la nouvelle maison avec un bébé. Non tout ça, il semblerait que ça n'arrive qu'aux autres, pas à nous. En ce moment, c'est plutôt une impression de poursuivre la lente descente à pic, dont on ne sait pas où ça va s'arrêter, enfin, ce cauchemar sans fin, quand les nuages, les soucis, les peines s'accumulent de tous les côtés. Jusqu'où ?

 

Je n'ai donc pas eu le courage d'appeler le véto pour savoir si les résultats de l'analyse de la tumeur étaient arrivés. Lui, mon cocker adoré, le seul qui soit capable de me faire sortir de ma tannière en cette après-midi sinistre. Et que j'étais contente de retrouver un peu remplumé comme il avait pas mal maigri. Et que je me prenais à imaginer sur la terrasse et dans le jardin devant mon bureau dans la nouvelle maison pendant que je serais sur une chaise longue ou un canapé à couver. Et à rêver d'avoir (au moins pendant quelques temps) mon chien à côté et mon bébé dans les bras.

Reste-t-il encore des chances que tout cela arrive un jour ? Ou faut il que je commence vraiment à réfléchir à une autre vie, une vie sans enfants, une vie non choisie ?

 

 

Edit du 31 mars

 

Taux du jour: inférieur à 1.

 

Même quand on le sait pertinement, le voir écrit noir sur blanc fait mal. Le noir dans lequel je sombre après le rouge des derniers jours et le bleu et vert dans lequel j'ai tant voulu croire. Et ça fait encore couler quelques larmes, si tant est qu'il en reste après un we à pleurer...

 

Lors de la prise de sang, on explique qu'on vient pour un bHCG, mais qu'on n'a pas d'espoir. On demande si on peut utiliser des aiguilles à ailettes, comme j'ai les veines difficiles, et l'infirmière, par ailleurs très gentille, qui répond "j'ai même mieux, des aiguilles pour nouveau-né". Et là, bien sûr, la PMette fond en larmes, car elle se demande si elle tiendra un jour son nouveau-né dans les bras... et l'autre se confond en excuses, consciente de la gaffe...

Notre quotidien à nous toutes, quand tout nous rappelle ce que nous n'avons pas et que nous n'aurons peut-être jamais...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans Once upon a FIV
commenter cet article

commentaires

Lily 12/06/2015 15:21

Un petit coucou pour te dire que je pense à toi.
Comment vas-tu ?
Bises.
Lily.

6cellules 14/06/2015 15:32

Bonjour Lily. Merci pour ton petit mot qui me touche beaucoup. Je vais... comme je peux. Je n'ai plus le courage d'écrire sur ce blog, et puis quoi dire, à part raconter les énièmes échecs, la peur de ne jamais y arriver, les tensions diverses et variées, les peines sur le reste de ma vie. J'ai perdu mon chien adoré il y a 8 mois d'un cancer et les 2 IAD faites à Barcelone ont échoué, et quelques autres choses douloureuses dans ma famille et mon couple. Nous partons sur un double don à Barcelone... Mais nous arrivons vers le bout du chemin même s'il faut encore y croire un peu... et qui sait... Je viens d'aller voir ton blog, je vois que tu galères toujours aussi... et que vous partez sur la même option que nous. On peut échanger en messagerie privé avec plaisir, je ne vais que rarement sur le blog désormais. Même si j'ai encore un petit espoir de venir un jour y annoncer une heureuse nouvelle... Apo

Plume 19/01/2015 16:58

Coucou, je viens aux nouvelles. J'espère que le moral va malgré le silence. Tu nous manques. Biz

6cellules 14/06/2015 15:41

Je me décide à répondre à celles qui me font un petit mot, vos messages me touchent. Je vais... comme je le dis juste au dessus, avec beaucoup de déplacements et une vie un peu speed aussi pour oublier tout ce qui fait mal. et qui sait en attendant d'avoir la chance de calmer mon rythme pour une bonne raison... Bises et merci pour ton mot Plume. Apo

Pénélope 04/11/2014 17:00

Comment vas tu Apo? Est-ce que cela va mieux?
Est-ce que tu poursuis les essais "bébé" ou fais - tu une pause?
C'était juste un petit mot pour te dire que je pense à toi.
Bisous

Eléonore 06/10/2014 19:00

Merci pour ta réponse Apo et d'avoir donné de tes nouvelles.
Je me doutais que ton silence ne présageait rien de bon. Je te souhaite beaucoup de courage et j'espère que la roue va finir par tourner en notre faveur. Je me dis qu'à force d'essayer cela va
finir par marcher...Prends bien soin de toi et da ta santé, c'est la priorité avant de faire une nouvelle tentative. Je pense bien à toi. Eléonore.

Nana 19/09/2014 10:24

Je pense toujours à toi. J'espère que tu vas mieux. Je t'embrasse

6cellules 03/10/2014 22:03



Merci Nana... Mieux... Non pas vraiment, échec IAD1. Des soucis de santé familiaux dont mon chien dont je ne veux pas me résoudre à penser qu'il ne sera plus à si j'arrive un jour à avoir ce
bébé... mais y arriverai je ? Merci pour ton message...



Eléonore 11/08/2014 15:31

Chère Apo, je suis super triste pour toi et les mots sont faibles. Je suivais ton parcours depuis quelques temps car il est similaire au mien ( je viens de connaitre aussi mon 4ème échec de FIV
bien qu'en infertilité inexpliquée et on a le même âge à peu près). J'espère qu'en ce moment tu profites soit de tes vacances soit que tu es allée en Espagne pour l'IAd que tu voulais faire.
L'étranger ce n'est pas évident, je ne comprends pas pourquoi on n'a pas droit à une 5 ème FIV en France surtout dans ton cas d'Iad. Est -ce que tu as trouvé plusieurs cliniques bien en Espagne?
Peux tu m'aider car les devis sont très chers pour un résultat pas certain j'ai l'impression ( 7000 euros à Eugin pour une Fiv Do!) Je t'embrasse très fort et il faut se dire qu'on est loin d'être
seules

6cellules 03/10/2014 22:06



Bonsoir Eleonore. Désolee j'ai beaucoup de mal depuis quelques (longs) mois à venir sur le blog. Nous sommes suivis à IVI Barcelone, pour des raisons pratiques, l'Espagne est plus prpche que la
RT pour nous et cela nous permet d'y aller en voiture sans trop anticiper. la 1er IAD s'est soldée par un échec. Nous devions recommencer en septembre mais kyste... Dernière IAD ensuite c'est le
double don "vu nos âges, autant se donner les meilleures chances" a dit le doc... Dur mais on y est prêt mais beaucoup de choses sont difficiles en ce moment dans ma vie (soucis de santé
familiaux) alors je n'ai plus trop la force d'écrire... Nous sommes nombreuses en effet dans cette galère, combien d'entre nous en sortirons heureuses, au pire apaisées ? Apo



Tartine 03/08/2014 13:45

Mon parcours est très proche du tien (rencontre avec THE mec tard, insuffisance ovarienne, distilbène in untéro...) et je ne peux que t'envoyer tout mon soutien et toute ma force. Beaucoup de
courage pour continuer, beaucoup de courage pour la suite quelle qu'elle soit, et de la douceur un peu aussi...

6cellules 04/08/2014 09:13



Bonjour Tartine. je suis allée jeter un oeil sur ton blog mais je n'ai pas trouvé comment t'envoyer de message. Quel type d'uterus distilbene avais tu et qui t'a conseille la chirurgie ? Quelles
opérations as tu eu ? Cela m'intéresse même si personne ne m'a jamais parlé de chirurgie et si on m'a toujours dit que mon utérus était "compatible avec une grossesse" (pour l'instant c'est pas
flagrant malheureusement...). Nous essayons de poursuivre le parcours, mais la 1er IAD à Barcelone vient d'échouer...  Bises et merci pour ton passage



Klara 16/06/2014 05:56

I am thinking of you.
I wish you a beautiful summer.
love,
Klara

6cellules 03/10/2014 22:23



Thanks Klara. Very hard time here for me, health problems everywhere, my lovely dog not verywell (cancer diagnosed and now he is very tired and seek), and so many ??? for the future... Thanks to
be here even if I do not have a lot of strengh to write, to tell. Just cry and try to stay alive. Take care Klara



Bounty 02/06/2014 10:38

Un petit mot pour te dire que je pense bien à toi. Des bises

6cellules 08/06/2014 00:37



Merci Bounty... Je navique dans les eaux troubles et incertaines de la dépression et de la solitude douloureuse face à l'absence de ce bébé tant espéré de plus en plus cruelle et face à
l'impossibilité jusqu'à ce jour de retenter (kyste, progestérone...) quelque chose.



Am974 14/05/2014 17:09

Bon courage !
Je traverse, pour la N-ième fois le même genre d'épreuve.
Le SF vient de m'appeler pour m'annoncer que mon taux de progestérone était trop élevé et qu'on irait probablement pas au bout du protocole... Encore?! On s'arrête avant même d'essayer !
Nous aussi c'était notre dernière tentative, 9 ans qu'on essaie... c'est dur...
++ Am974

6cellules 08/06/2014 00:39



Comme je comprends... 9 ans c'est long surtout quand il n'y a rien au bout. Si rien ne vous sépare dans cette cruelle attente vaine à ce jour, je vous souhaite d'être forts et unis à deux...



eve 12/05/2014 19:34

Apo comment vas tu ?J'aimerais avoir de tes nouvelles?Ou en es tu?Envoie moi un petit mot si tu veux bien sur ma messagerie contesdefiv@yahoo.fr même si je la consulte rarement.STP.Bisous

6cellules 08/06/2014 00:39



Je vais... pas très fort, Eve... On continue à échanger en MP ?



Choubakette 27/04/2014 17:01

Quelle tristesse, quelle douleur et quelle injustice...J'espère de tout coeur que la suite vous sourira.

6cellules 08/06/2014 00:40



Merci Choubakette. Je l'espère aussi même si pour l'instant rien ne semble prédire un sourire...



Klara 13/04/2014 18:44

I hope you are doing OK. I am thinking of you.
Wishing you all the best.
hugs.
Klara

6cellules 08/06/2014 00:41



Thanks Clara. I need all support and wish because hope is far away some days...



Fortuna 01/04/2014 17:47

Je suis moi aussi bien triste pour vous. Prends soin de toi en attendant la fin de la tempête. Et, comme dit Automne, le chemin n'est pas fini, gardez espoir. Bises

6cellules 08/06/2014 02:11



Le chemin n'est pas fini mais la suite n'est pas prete de commencer dirait on... alors esperons que tout cela ne tournera pas court... Bises



Violette 31/03/2014 17:55

Je suis très triste de lire ces nouvelles...et comme les copines, je voudrais te dire que, passée la violence de la déception et de l'échec, le temps de l'espoir revient toujours...car même si
c'est dur, tant qu'on ne renonce pas, l'espoir est là.
Je t'envoie tout mon courage et tout mon soutien.

6cellules 08/06/2014 02:12



Ne pas renoncer... mais à quel prix... Merci et bisou, bon courage à toi aussi...



eve 31/03/2014 16:27

Je suis dégoutée à lire ton post, je l'ai lu le soir où tu l'as écrit et j'ai fondu en larmes ,je n'ai pas trouver les mots pour te répondre car je pense qu'il n'y en a pas d'assez fort .C'est
tellement injuste et dur.
Je voudrais te dire ,t'insufler qu'il y a encore d'autres chemins ( mais ça ne veut pas dire que ça aide à traverser toute cette souffrance passée , il faut du temps pour surmonter) que s'ils vous
restent des forces et encore de l'espoir a enflammé il faut prendre ces autres chemins sans regarder derrière.Vous avez fait tout ce qu'il était possible jusque là ici ,et vous continuerez , il y a
encore du possible encore.
Je te souhaite avant tout de te rétablir et de t'apaiser, c'est primordial.Tout mon courage et mon soutien.Bisous

danslalueurdelavie 31/03/2014 14:06

Je suis très triste... J'y croyais avec toi...
Pensées et affection

6cellules 08/06/2014 02:12



Merci... Deux mois après, c'est toujours aussi dur... Bises



marredattendre 31/03/2014 08:41

Très triste pour toi. Nous avions toutes envie d'y croire et nous y avons cru avec toi. Tant d'espoirs volés et de blessures, tant de deuils… Il est si difficile de se relever… Courage.

6cellules 08/06/2014 02:14



Deux mois après, je ne parviens pas à me relever. Tant de deuils à faire en effet... Merci d'être là...



todropsky 30/03/2014 18:28

je suis sincerement désolée pour toi
pas de mots

je t"embrasse fort

6cellules 08/06/2014 02:14



Merci d'être là. Bises



barbidou 29/03/2014 19:45

Je suis tellement triste pour vous. Je n'ai pas de réponse à toutes tes questions mais se dire qu'un jour, d'une manière ou une autre, vous serez parents ...
Je vous embrasse ...

6cellules 08/06/2014 02:15



J'espère un jour avoir les réponses et parvenir au bonheur. Même si là, l'horizon semble si incertain... Bisou



Lulu 29/03/2014 14:15

Que dire à cela ? Je ne comprends que trop bien ce que tu ressens et te serre fort dans mes bras.

6cellules 08/06/2014 02:15



Je sais que tu comprends... Nous sommes si nombreuses à rester encore sur le quai... Bisous et merci



fabienne 29/03/2014 12:57

je suis bouleversée à te lire,
aucun mot n'apaisera ce vide, cette peine, cette torture.
je n'ai pas de réponse à tes questions
je ne sais ni quand, ni où, ni comment ....
chacune de nous a son chemin
tu connais mon parcours, tu connais mes choix....
je souhaite si fort que ton histoire s'écrive avec tes derniers mots "nous, les enfants, le chien, sur la terrasse..."
mais aujourd'hui, ta peine, ta douleur si violente a besoin de s'exprimer, de s’échapper...
je t'embrasse

6cellules 08/06/2014 02:17



Oh Fabienne, j'ai relu tes mails et je relis parfois tes posts et me dis qu'il faut croire à ses r^ves quel qu'en soit le prix mais c'est si dur entre tout...


J'avoue ne pas savoir quels seront les deniers mots et puis je n'ai meme plus la force d'ecrire alors... Bisou et porte toi bien, bientot ton bonheur sera dans tes bras



Lily 29/03/2014 10:57

Je suis triste de cette mauvaise nouvelle. J'espère pour vous des jours meilleurs, même si pour l'instant tu as du mal à y croire.
Plein de bisous.
Lily.

6cellules 08/06/2014 02:18



Bisous très forts à toi aussi en ces jours cruels. Je pense à toi et j'espère des jours meilleurs pour nous toutes.



Automne 29/03/2014 07:28

Je suis désolée pour vous. C'est toujours plus dur quand on veut y croire fort... Mais c'est quand même important de conserver des émotions au fil des tentatives... Et je ne connais que trop bien
ces fameuses dates pro pour lesquelles on se dit qu'on ne sera pas tout à fait là parce que notre état nous dispenserait d'un investissement trop important... Allez, le chemin n'est pas fini, même
si ce n'est pas ce que tu as envie qu'on te dise pour l'instant, et il reste des espoirs pour que vous soyez enfin heureux vous, vos enfants et le toutou réunis sur votre terrasse ensoleillée.
Courage.

6cellules 08/06/2014 02:19



Il y a encore des émotions, mais trop sans doute pour survivre à l'enfer. le chemin n'est pas fini parait il mais je ne sais pas si nous parviendrons à trouver le début d'un nouveau chemin et à
aller au bout du chemin et à en sortir vainqueurs... Bises et à bientôt



Klara 29/03/2014 07:11

dear Apo,
I know that words can not help... only the time will heal the wounds. So I am just sending a warm hug to you.
lots of love from sLOVEnia,
Klara

kaymet 29/03/2014 02:38

Je suis désolée Apo. Quelle injustice. J'y ai cru aussi très fort, j'ai espéré avec toi - j'espère encore pour demain, après demain ou un autre jour, mais pour l'instant je pense fort à toi et
t'envoie de grosses bises de soutien. Courage

6cellules 08/06/2014 02:20



merci Kaymet. j'en ai bien besoin...



Bounty 29/03/2014 01:16

Juste des pensées, baisers et des baumes au coeur. Rien de tout cela ne sera suffisant. Je suis si désolée pour tout vos espoirs. Je t'embrasse fort

6cellules 08/06/2014 02:20



Merci... Mes espoirs ont du mal à renaitre et à me maintenir en vie (semblant de vie)... Bisou à toi aussi et courage



Déesse Linette 28/03/2014 21:36

Je suis muette. Que dire pour soulager ta peine? 1000 fois remonter en selle, 1000 fois se casser la gueule. Jusqu'où? Jusqu'au miracle, jusqu'au bébé. Ou jusqu'au renoncement. Chacun se fixe ses
limites ( que l'on repousse un peu plus, souvent). Mais ne plus rien commencer avant d'avoir envisagé le pire, être certain de pouvoir encaisser l'injustice. C'est un peu ma carapace. Mais bon,
même avec ce blindage, je suis toujours surprise par la violence des événements. Et de tout les imprévus.
Bon courage à vous, prompt rétablissement à Toutou chéri.

6cellules 08/06/2014 02:21



Jusqu'où oui ? jusqu'où et à quel prix ? Oui c'est violent, cette vie est violente et cruelle. Reste à trouver comment tenir debout malgré tout. Et ça je ne parviens plus à trouver. Bisou à toi



Mon petit tresor 28/03/2014 21:12

Ton article me fend le cœur. Toutes ces pensées qui ont circulé un jour chez moi et qui déchirent tant intérieurement. La Pma ne réussit pas à tous les couples, on le sait. Mais tant que vous
décidez de continuer et d'y croire, c'est possible. Ne perds pas espoir. Prends le temps de te remettre. Il y aura forcément des jours meilleurs. Baisers de (maigre) soutien...

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives