Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 17:01

Curieux hasard, après l'article sur les motivations des donneuses d'ovocytes, le constat affligeant et inquiétant de l'ABM sur la pénurie de gamètes en France... Mais il parait que l'ABM va tenter de trouver des solutions... en revoyant sa communication sur le sujet. Seulement revoir la communication ou refondre totalement le système du don de gamètes en intégrant le fait que le don d'ovocytes notamment est un geste altruiste mais lourd et mérite une compensation par exemple ??

 

AMP: La France en manque de gamètes

 

Copyright © 2013 AlliedhealtH www.santelog.com

Agence de la Biomédecine

 

En 2011, seules 402 donneuses d’ovocytes ont réalisé un don pour des couples infertiles. Le don de spermatozoïdes, avec 233 donneurs, est en baisse d’un tiers en 2011 vs 2010. Enfin, la PMA (ou AMP) en France reste très majoritairement intraconjugale réalisée avec les gamètes des 2 membres du couple. Ce sont les chiffres préoccupants communiqués au 11 juillet par l’Agence de la Biomédecine qui réfléchit aux actions possibles pour atteindre l’autosuffisance nationale concernant le don de gamètes.

 

23.127 enfants, soit 2,8% des naissances, sont nés grâce aux tentatives d’assistance médicale à la procréation réalisées en 2011. Mais seuls 0,16% soit 1.307 enfants sont issus d’un don de gamètes. La PMA ou AMP en France reste à 95% intraconjugale, réalisée avec les gamètes des 2 membres du couple, ainsi, principal constat de l’Agence, les dons de spermatozoïdes et d’ovocytes restent encore insuffisants pour satisfaire la demande des couples sollicitant un don de gamètes. Si en 2011, le nombre de donneuses d’ovocytes est en augmentation (403 vs 356 donneuses en 2010), le don de spermatozoïdes n’a réuni que 233 nouveaux donneurs (vs 306 en 2010).

Les tentatives (141.277), en légère hausse d’1% et recourent à des techniques différentes : insémination intra-utérine, fécondation in vitro (FIV), Intra Cytoplasmic Sperm Injection (ICSI), transfert d’embryon congelé (TEC), vitrification ovocytaire.

 

La liste des couples demandeurs s’allonge. Au 31 décembre 2011, 1.806 couples étaient inscrits dans un des 25 centres français pour bénéficier d’un don d’ovocytes. Il aurait fallu 900 donneuses supplémentaires pour répondre à leur besoin. Quant au don de spermatozoïdes, sa baisse s’ajoute au besoin de diversifier les profils des nouveaux donneurs, pour permettre de répondre au mieux au besoin d’appariement avec les futurs pères, au sein des couples infertiles demandeurs.

 

L’Agence de la biomédecine, qui devra sans doute revoir ses axes de communication, mène avec les professionnels de l’AMP une réflexion globale sur les actions possibles pour s’approcher d’une autosuffisance nationale concernant le don de gamètes.

 

Source: Communiqué Agence de la Biomédecine

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 14:55

Une étude sur les motivations des donneuses d'ovocytes. Intéressant. Et cela devrait servir de base à une règlementation assouplie pour le don d'ovocytes mais aussi pour la Gestation pour Autrui.

 

 

DONS d’OVULES: Mais quelles sont les motivations des donneuses?

 

Copyright © 2013 AlliedhealtH www.santelog.com

ESHRE

 

Cette étude sur le don d'ovocytes dans les cliniques européennes présentée à la réunion annuelle de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE) permet de mieux cerner les motivations des donneuses. Alors que dans certains pays ce don est rémunéré, les conclusions de l’étude expliquent indirectement pourquoi de nombreux couples se rendent à l'étranger pour des traitements de fertilité. Ainsi, plus la donneuse est jeune, plus l'argent sera la seule motivation.

L'incitation financière est une question controversée, même si tranchée en France, et cette étude réalisée par l'ESHRE, aboutit certes à la motivation de l’altruisme mais suggère aussi que la compensation financière reste une raison convaincante.

Les résultats sont issus de 1.423 donneuses d'ovules de 60 cliniques de 11 pays européens interrogées en 2011 et 2012. Parmi ses principaux enseignements,

 

· l'âge de la donneuse reste un facteur important dans la motivation de faire un don. Alors que l'âge moyen des donneuses participant à l’étude se situe à 27 ans (de 25,6 ans en Espagne à 31 ans en France), l’effet de l'âge est significatif sur des motifs altruistes:

 

· Si seules 46% des donneuses de moins de 25 ans, citent l’altruisme comme seule motivation de leur don,

· C’est le cas de 79% des donneuses de plus de 35 ans;

· 12% des donneuses de moins de 25 ans sont motivées exclusivement financièrement par rapport à 1% de ceux âgés de 35 ans.

· Plus la donneuse est jeune, plus l'argent est une motivation.

 

Ainsi, la compensation financière reste une motivation importante pour de nombreuses femmes, en particulier dans certains pays. 40% des donneuses en Grèce déclarent que leur motivation est purement financière, et c’est l'incitation dominante en Russie et en Ukraine.

 

Les principaux « groupes » de donneuses identifiés dans l'étude sont,

· les étudiantes (18% en Espagne, 16% en Finlande, 13% République tchèque)

· les chômeuses (24% en Espagne, 22% en Ukraine, 17% en Grèce)

· les femmes célibataires (50% + en Espagne et au Portugal, 30% en Grèce)

· Près d'un tiers de toutes les donneuses ont un diplôme universitaire, et environ 50% ont déjà un enfant.

 

Combien les donneuses reçoivent? Des montants très variables selon le pays d’Europe, de « 0 » en France à 2000 euros en Belgique, et entre 500 et 1.000 euros dans la majorité des autres pays (valeur réelle recalculée en prenant en compte le pouvoir d’achat). Ainsi, dans certains pays d’Europe de l’Est, le don d'ovules peut être très incitatif pour les femmes pauvres ou sans emploi.

 

 

Les motivations du don d’ovocytes en synthèse :

· 46% sont motivées par l'altruisme seul

· 32% par l'altruisme et l’intérêt financier

· 10% par l’intérêt financier seul

· 5% motivée par l'altruisme et leur cas personnel

· 2% par leur cas personnel

 

Les plus hauts niveaux d’altruisme sont retrouvés en Belgique (86%), en Finlande (89%) et en France (100%), et les motivations purement financières en Grèce (39%), Russie (47%) et Ukraine (28%). En Pologne et au Royaume-Uni des proportions élevées de personnes partagent leurs ovules.

 

Des différences qui s'expliquent par les différences de réglementations, mais pas seulement.

 

Source: ESHRE Abstract no: 44, Reasons for donation among oocyte donors in 11 European countries via Eurekalert (AAAS) Eggs donations in Europe et Hum. Reprod. doi: 10.1093/humrep/det162 Abstracts of the 29th Annual Meeting of the European Society of Human Reproduction and Embryology, London, United Kingdom, 7–10 July 2013 (In Press)

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 17:29

Un extrait de la dernière note d'analyse du Comité d'Analyse Economique avec différentes préconisations "pour un système de santé plus efficace". Un passage a retenu mon attention et il serait utile que cela soit appliqué à la PMA... Très utile et particulièrement dans un contexte d'opacité totale des résultats d'AMP par centres, même si un récent article dans l'Express tente un palmarès, à lire sur le blog du collectif BAMP.

 

A méditer, non ?

 

Note CAE 3 juillet 2013

Diffuser l’information sur la qualité des soins

 

Une information à caractère public doit être produite et diffusée sur la qualité des soins dispensés par les établissements hospitaliers, les maisons de santé ou les établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Certes, une information publique sur les hôpitaux est déjà diffusée via la plate-forme d’informations sur les  établissements de santé. Ce site publie, pour chaque établissement, des indicateurs de lutte contre les maladies  nosocomiales et de qualité de l’accueil du patient (prise en charge de la douleur, communi cation avec le patient, travail en équipe en cancérologie, etc.). Mais il n’offre pas d’information, par activité, sur la performance médicale, ce qui conduit les Français à acheter en masse les palmarès hospitaliers publiés par la presse. Ces palmarès utilisent des indicateurs dont la pertinence n’a pas été validée par des instances reconnues, mais ils présentent l’intérêt d’offrir un catalogue d’hôpitaux classés pour leurs performances dans des soins précis (accouchements, chirurgie de la cataracte, prothèse de hanche, du genou, etc.). Le succès éditorial considérable de ces palmarès montre l’intensité de la demande d’information sur la qualité des soins de la part du public

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 14:46

Tous à vos BAMP !

 

Soudé(e)s et réuni(e)s dans la galère de l'infertilité, nous l'étions déjà, par nos blogs, par la compréhension naturelle qui s'instaure entre celles (et ceux) qui partagent la même douleur, le même quotidien rythmé de FIV et d'IAC, de dons et de piqûres. Mais, un pas de plus a été franchi récemment avec la création du blog collectif BAMP pour parler et faire parler de l'infertilité par ceux qui en parlent le mieux: les infertiles !

 

Voici donc une belle idée, une belle initiative, une belle énergie concrétisée un samedi d'hiver lors d'une PMettes party dans un café parisien. Avec en projet, le souhait de se fédérer encore mieux, faire comprendre ce qu'on vit à ceux que cela intéresse, et aussi, qui sait, peut être peser un tout petit peu dans les débats sociétaux qui parlent d'AMP souvent à tort et à travers !

 

Le collectif BAMP, c'est par ici : http://collectifbamp.wordpress.com

 

Longue vie au BAMP en espérant que la roue tourne du côté des pds et des ponts à traverser mais que la solidarité et l'amitié restent !

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 11:50

Appeler le CECOS. A titre professionnel. Un entretien à programmer avec un Grand Professeur. Pour le boulot donc.

Autant vous dire que cela m'a fait bien tristement sourire lorsqu'on a décidé de traiter ce sujet. Bref, même en appelant à titre professionnel, dûment recommandée et tout et tout, et bien c'est compliqué, ça repond au bout de 10 mn puis c'est pas la bonne secrétaire, on t'en passe une autre, qui sait pas non plus...

Une boule au ventre en appelant, parce que le sujet fait plus que m'interpeller et parce que j'imagine ce qu'on ressent (ce que nous ressentirons si un jour on doit envisager le don ici en France, peu de chances de toutes façons !! mais c'est pareil quand on appelle notre clinique pour avoir un résultat de bHCG et q'uon te fait poireauter au bout du fil...) quand on appelle en tant que patient, avec l'angoisse de savoir, d'avoir un résultat, une porte ouverte (oui qui se ferme...).
Là, d'ailleurs, en gros, on m'a dit "envoyez lui un mail". Débrouillez vous quoi. C'est assez représentatif de la situation du don de gamètes en France, non ?

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 23:51

Ou presque... Dans la série "on parle d'infertilité partout mais souvent n'importe comment, mais pas toujours".

 

Tombée sur un film neuneu ce soir. Un passage où un couple dont l'homme est infertile demande à un autre couple (dont le mec est l'ex de la femme du 1er couple, vous suivez ?) "de l'aide". Et la femme ne veut pas d'un donneur anonyme. Personne ne parle de PMA directement puisque ça finit au lit entre les 2 protagonistes. A mon avis, c'est bon pour inciter les donneurs (et les compagnes de donneurs) peu informés non ? Genre donner son sperme, cela passe par une infidélité ? Genre ça se passe au petit bonheur, en bricolant ? Mouais...

 

Ce matin, dans le train pour un déplacement. Un groupe de collègues discutent. Une jeune se plaint que certaines personnes de son entourage pro lui reprochent de ne pas s'impliquer assez alors qu'elle n'a pas d'enfant et qu'elle ne peut pas comprendre non plus les contraintes des autres chargées, elles, de famille. Donc elle râle en disant qu'elle a le droit de ne pas avoir d'enfant, c'est son choix (peut être aussi une question d'âge vu qu'elle est jeune, mais j'ai eu envie de lui dire "cocotte, c'est pas toujours un choix, comment es tu sûre que le jour où tu voudras, tu pourras ?"). Mais une autre des filles qui rétorque "ce qui est dégueulasse, c'est que si pour toi, c'est un choix, cela ne te fait rien, mais si cette femme sort ça à quelqu'un pour qui ce n'est pas un choix et qui ne peut pas avoir d'enfant, cela doit faire super mal". Là, je n''ai rien osé dire (le nez dans mon pc...) mais j'ai pensé très fort: "merci et bravo d'y penser" !

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:31

Quelques petites infos en passant, mais qui laissent à penser qu'on parle, enfin, un peu de la PMA, partout et dans le grand public (souvent petit d'esprit malheureusement à ce sujet) et à toutes les sauces mais plus ou moins heureuses...

 

Un article dans Madame Figaro sur le don de sperme, déplorant le retard de la France. Il n'aborde que peu le problème, encore plus flagrant, du don d'ovocytes... Oh oui, défendons le grand et généreux beau geste gratuit du don, anonyme, toussa toussa... Oui mais quand on constate que cela ne marche pas (pour tout un tas de raisons, dont le manque de communication: tout le monde sait qu'on peut donner son sang, ses gamètes, c'est autre chose !), il faut bien passer à autre chose non ? J'ai d'ailleurs réagi à cet article sur FB en disant d'aller signer la pétition publique contre la circulaire récente sur le don d'ovocytes !

Bien sûr, rétorque un ponte de CECOS: "Veut on que cela devienne une marchandise ?" comme aux USA où le prix est fonction de la musculature et du degré d'études du donneur (euh, c'est souvent inversement proportionnel non ???!!!). Sachant que je dois prochainement interviewer ce Professeur à titre professionnel, je sens que je vais m'amuser (et m'énerver...? je vous raconterai ça...).

 

Une phrase qui m'a hérissée le cheveu (pourtant très fin) entendu lors d'un spectacle des Chevaliers du Fiel (une soirée professionnelle, pas sure que j'y serai allée de ma propre initiative) où les deux se laissent aller à un dialogue sur eux-mêmes (impro ou vrai sketche, je sais pas) et en parlant du plus grand, le "petit" qui sort "Il parait que le grand est un bébé-éprouvette". L'autre "Non ?" d'un ton style "non quelle horreur". "En tout cas, il en a gardé la forme, il est tout long et dégingandé". Mouais mouais. Déjà que pas mal de sketches étaient à mon goût d'un humour bien grassouillet, là cela m'a un chouilla agacée...

 

Bonne semaine les filles, nombre d'entre vous ont repris du service et sont en stimulation / ponction / transfert: alors GOOD LUCK...

Il parait que le printemps est une période propice (une très sérieuse étude israélienne lue l'an dernier notait une légère augmentation des réussites de FIV à cette période) alors j'attends de mon côté avec impatience (et angoisse aussi il faut le dire) mes derniers examens (prélèvement de vérification post antibio, bilan hormonal, vérification de l'endomètre) à faire pour voir si TEC d'avril ou pas...

 

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 09:41

Chères PMettes et chers PMeux. J'ai le plaisir de vous annoncer qu'en plus de tout ce à quoi nous faisons attention et de tout ce que la PMA a comme impact dans nos vies, il va falloir arrêter l'ordinateur, le wifi, le portable. Et faire du sport, manger sainement, vivre loin de la pollution. Si si. Tout ça.
Et pendant ce temps, les fertiles qui buvent, fument, font n'importe quoi continueront d'avoir des gosses en claquant des doigts et de les abandonner dans des boites de chaussures (un récent fait divers dans ma région...). That's life !

 

 

SÉDENTARITÉ: Le temps d’écran en cause dans l'infertilité

SantéLog / British Journal of Sports Medicine

 

Pratiquer régulièrement une activité physique et ne pas rester trop longtemps devant l’écran pourra préserver la qualité du sperme, une qualité « en baisse » régulière durant ces dernières décennies. Cette équipe internationale montre en effet avec cette étude publiée dans l’édition du 4 février du British Journal of Sports Medicine et menée chez des hommes jeunes, l’importance de la relation entre sédentarité et baisse de fertilité.

 

La qualité du sperme semble diminuer régulièrement au cours de ces dernières décennies, mais les raisons de ce déclin multiples et complexes restent mal cernées. A noter cette toute récente étude de l’Université de Murcie, publiée dans la revue Andrology, qui constatait une baisse de 38%, en 10 ans, de la qualité (concentration) du sperme chez les jeunes hommes vivant dans le sud-est de l'Espagne. Ou encore, pour la France, la récente étude publiée dans Human Reproduction qui montrait une baisse comparable, de 32 %, de concentration du sperme, sur une période de 17 ans.

Ici cette équipe internationale regroupant des chercheurs de la Harvard School, des universités de Murcie-à nouveau-, de Copenhague, de Rochester, de la Mount Sinai School of Medicine (New York), et du Brigham and Women's Hospital ont suivi, durant 3 mois et par questionnaires, l’activité physique et le temps d’écran chez 189 hommes jeunes, âgés de 18 à 22 ans. La qualité du sperme a été évaluée par la concentration des spermatozoïdes, leur motilité, leur morphologie et le nombre total de spermatozoïdes. Les auteurs constatent que,

· la concentration du sperme et le nombre total de spermatozoïdes sont directement liés à l'activité physique,

· ainsi les hommes qui pratiquent le plus (premier quartile) d’activité physique, modérée à vigoureuse, soit plus de 15 heures par semaine, ont une concentration de spermatozoïdes de 73% accrue vs les hommes qui pratiquent moins de 5 h par semaine.

· Le temps d’écran est lui inversement associé à la concentration du sperme et au nombre total de spermatozoïdes, un temps d’écran élevé (quartile supérieur) soit de plus de 20 heures par semaine, étant associé à une concentration plus faible de 44% de spermatozoïdes vs aucun temps passé devant l’écran.

· En revanche, activités physiques et temps d’écran ne montrent aucune association avec la motilité des spermatozoïdes et leur morphologie. En conclusion, une activité physique soutenue et régulière et une limitation du temps sédentaire face à l’écran préservent aussi la qualité du sperme…

 

Source: British Journal of Sports Medicine Online First 4 February 2013 doi:10.1136/bjsports-2012-091644 Physical activity and television watching in relation to semen quality in young men

 

 

« Le danger des portables pour le cerveau se précise »

Le Parisien

 

C’est ce que titre Le Parisien, qui constate que « le débat est encore relancé : faut-il abaisser drastiquement les seuils d’exposition aux ondes ? Une étude alarmiste conclut à leur effet négatif sur la santé ». Le journal explique qu’« après avoir analysé 1.800 études relatives aux effets des champs électromagnétiques réalisées ces 5 dernières années, [les auteurs], médecins originaires de différents pays, estiment qu’il «existe un risque accru de développer un gliome avec l’usage du portable» et affirment qu’une «douzaine de nouvelle études démontrent des effets dommageables sur le sperme» ».

Le Parisien ajoute que « dans ce rapport baptisé «Bio Initiative», les scientifiques vont même jusqu’à faire un lien entre radiofréquences et accroissement du risque de symptômes autistiques ». Les auteurs estiment « urgent d’abaisser les seuils d’exposition aux ondes et aux technologies sans fil pour les personnes atteintes d’autisme, les enfants, les futurs parents et pendant la grossesse ».

Le quotidien note que de son côté, la Fédération française des télécoms note qu’« en Angleterre, en Autriche, en Norvège, en Suède, le même travail de compilation des études a été fait, et il n’y a aucune preuve établie de danger en cas d’exposition aux ondes inférieure au seuil préconisé par l’OMS ». Le Parisien relève toutefois que « l’Agence sanitaire française, qui effectuera en juin un bilan des dernières études parues sur le sujet, avait recommandé en 2009 de «réduire l’exposition du public» aux ondes électromagnétiques. Et dans un dépliant diffusé cet été, le ministère de la Santé reconnaît que «des interrogations subsistent sur la possibilité d’effets à long terme, particulièrement dans le cas d’utilisateurs intensifs» ».

Le quotidien indique enfin qu’« une proposition de loi visant à réduire les risques liés aux ondes électromagnétiques sera étudiée le 31 janvier à l’Assemblée nationale. […] Elle propose notamment de restreindre l’implantation des antennes-relais, […] et un encadrement plus strict du wi-fi qui pourrait être interdit dans les crèches ».

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 14:55

Vous vous en rappelez peut-être, j'en avais parlé ici. Cette "FIV à 3" permettant via une donneuse d'éviter la transmission de maladies génétiques liées à l'ADN mitochondrial (tranmis par la mère). Et bien aux US, les essais cliniques seraient imminents...

 

Etats-Unis: la "FIV à trois parents" à l'essai chez l'homme

Généthique 28 décembre 2012

 

Alors que certains experts britanniques et français s'inquiètent des conséquences sur la santé des futurs enfants qui pourraient naître via une nouvelle technique de fécondation in vitro (FIV) visant à prévenir la transmission de maladies génétiques mitochondriales graves, en remplaçant une partie de l'ADN mitochondrial par un ADN sain issu d'un "troisième parent", c'est-à-dire d'une donneuse, (Cf Synthèses de presse Gènéthique du 18/09/12 et du 20/09/12) Shoukhrat Mitalipov, chercheur à l'Université Health & Science en Oregon aux Etats-Unis, en serait déjà aux essais via l'utilisation de cellules humaines. Il précise: "Notre succès avec des cellules humaines nous permet d'envisager des essais cliniques dès 2013". Son étude est parue cet automne dans la revue Nature. Il ajoute "Nos patients attendent seulement le feu vert de la Food and Drug Administration".

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:31

La recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines et sur l'embryon peut-être bientôt enfin autorisée en France !

Le 4 décembre 2012, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à autoriser, de façon encadrée, ces recherches. On passe d'une interdiction avec dérogations à une autorisation encadrée: c'est symbolique, mais cela peut vouloir dire beaucoup ! Il reste l'étape de l'Assemblée Nationale en janvier et on l'a vu en 2011, celle ci s'était, bizarrement, montrée plus conservatrice que le Sénat sur ces questions de bioéthique. A suivre donc.

 

Personnellement, je pense que c'est une bonne nouvelle pour la compétitivité de la recherche française, c'est mon avis depuis toujours, mais depuis que je suis en PMA, je pense que c'est aussi un espoir pour nous qu'on parvienne enfin à mieux comprendre les débuts de la vie et comment évolue l'embryon et à faire avancer les recherches en la matière.

Bien sûr, pour nous, infertiles, les oubliés de la recherche comme je titrais récemment, il y a le risque que les recherches soient focalisées sur les cellules souches embryonnaires et sur les applications en thérapie cellulaire et régénératrice mais on peut aussi espérer que les embryons surnuméraires obtenus par FIV et qui ne font plus l'objet d'un "projet parental" puissent permettre de faire avancer les connaissances sur pourquoi et comment évolue et s'implante un embryon. Je l'espère même si cela sera trop tard pour nous. Et même si j'espère que nos embryons vitrifiés actuels vont se transformer en joli(s) bébé(s).
Mais si un jour je devais me trouver dans cette position d'avoir réussi mon "projet parental" et d'avoir des embryons restants surnuméraires donc même si ce mot n'est pas beau (ce que je n'espère pas car j'espère que cette 3e FIV était la dernière et que nous allons réussir avec nos 2 eskimaux), je serai bien sûr partisane de donner ces embryons à la science pour faire avancer la recherche. Ou éventuellement à un autre couple. Tout comme j'ai ma carte de donneur d'organe s'il m'arrivait quelque chose... C'est un peu pareil pour moi.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 4 décembre 2012

 

Adoption par le Sénat d'une proposition de loi d'autorisation encadrée de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines

 

Geneviève  FIORASO, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a soutenu au nom du  gouvernement une proposition de loi déposée par le groupe RDSE, autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires humaines. Cette proposition  de loi adoptée par le Sénat le 4/12/2012  a été transmise à l'Assemblée Nationale où elle sera discutée en 2013.

Elle permet de corriger certains aspects de la loi de Bioéthique de 2011 et de passer d'une interdiction de principe de la recherche, permise seulement sous dérogations, à une autorisation strictement encadrée sous le contrôle de l'agence de la biomédecine.

Ces recherches concerneront des embryons surnuméraires conçus par fécondation in vitro ne faisant plus l'objet d'un projet parental, après une information et un consentement du couple, et s'inscriront   dans une finalité médicale. Cette loi permet de concilier l'éthique et la liberté de la recherche. Elle clarifie le cadre juridique de la recherche sur l'embryon dans notre pays et permet de rattraper le retard sur les pays étrangers. Il s'agit d'une avancée significative, attendue depuis près de 20 ans par les chercheurs, ouvrant de nombreux espoirs de progrès médicaux et de partenariats entre les équipes françaises, européennes et internationales

 

 

Controverse après l'adoption en "catimini" d'une proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon

Généthique

L'adoption en première lecture, par le Sénat d'une proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires suscite la controverse. 
Ainsi, pour Denis Berthiau, Maître de conférences en droit de la bioéthique à l'université Paris-Descartes, "le fait que cette réforme soit d'initiative parlementaire est le signe que l'on souhaite limiter le débat dans le grand public et mener la discussion de façon relativement discrète. En outre, du point de vue politique, les députés de la majorité y sont globalement favorables mais aussi, ne l'oublions pas, certains élus de droite, car ce sujet transcende les clivages politiques", rappelant "qu'il y a au Parlement un grand nombre de représentants du monde médical, qui, pour la plupart, voient d'un bon oeil que l'on facilite la recherche". 

Pour François Ernenwein, dans le quotidien La Croix, "il existe des sujets controversés qui mériteraient de larges débats, la confrontation des opinions, le refus des fausses évidences... Mais il semble que pour un certain nombre d'entre eux, le gouvernement préfère agir en catimini". 

En outre, "cet examen en catimini est d'autant moins compréhensible que la loi de bioéthique ici 'détricotée' d'une 'disposition centrale' a été votée il y a 18 mois seulement après des Etats Généraux de grande ampleur". Ainsi, l'adoption de cette proposition de loi "représente un bouleversement fondamental, 'à contre courant' des avancées qui couronnent les recherches sur les cellules souches non embryonnaires, le Pr Yamanaka, prix Nobel de médecine en tête, découvreur des cellules iPS". 

Par conséquent, face à cette absence de débat, "la Fondation Jérôme Lejeune vient de lancer une campagne de sensibilisation pour tenter d'infléchir le débat à l'Assemblée nationale". Cette campagne, intitulée "Vous trouvez ça normal ?" se décline sous forme d'annonces dans la presse et par une plate-forme de mobilisation sur le site internet www.vous-trouvez-ca-normal.com, qui "promeut une pétition en ligne contre la recherche sur l'embryon humain en France". 

 

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives