Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 11:20

Trop belle la vie... en PMA !!

Il ne manquait plus que cela !

Figurez vous qu'une étude, reprise dans le Figaro et dans la revue de presse Mediscoop, indiquerait qu'un risque "légèrement" accru de malformations existe en FIV, notamment ICSI.

Je note une coquille sur le spermatozoide "infecté", euh... c'est plutot injecté non ?! Je note aussi que ces technologies connaissent des innovations permanentes, je n'ai pourtant pas l'impression que ça bouge si vite que ça.

En attendant, je me serais bien passée de cette annonce enthousiasmante... Il ne manque qu'une petite étude sur le risque de cancer du sein ou de l'ovaire accru (c'est au choix, c'est jour de fête !!!) chez les femmes ayant fait des PMA et on aura tout gagné et peut-être même pas un bébé ! Il y a des jours comme ça... On s'accroche au chiffre des 20000 bébés qui naissent chaque année (en parfaite santé ou on y inclut ceux avec malformations ???) en France pour continuer à y croire ?

 

Allez bonne semaine, portez vous bien... Take care comme disent nos amis british...


Source: Mediscoop

« Procréation assistée : un risque de malformations légèrement accru »
Le Figaro
Le Figaro rappelle que « depuis plusieurs années, la recherche médicale scrute la santé des enfants nés par procréation médicale assistée, ou par PMA » et indique que différents travaux ont « mis en évidence un risque légèrement accru de malformations congénitales graves, comme des anomalies cardiaques, génito-urinaires ou musculo-squelettiques ». Le quotidien souligne que cette étude ayant « fait l’objet de controverses » vient d’être « corroborée » par une étude « publiée samedi 5 mai dans le New England Journal of Medecine ». L’étude réalisée par « des chercheurs de l’université d’Adélaïde (Australie) » a démontré que « 9,9% des enfants nés par ICSI, 7,2% des enfants «fivete» et 5,8% des enfants conçus de manière naturelle souffrent de malformation grave diagnostiquée avant l’âge de 5 ans ». Le Figaro cite les propos du Dr Michael Davies , responsable de l’étude qui « tempère » les résultats en expliquant que « si l’augmentation du risque est importante, ce dernier reste relativement faible dans l’absolu ». A la question « la technique de PMA peut-elle être tenue pour seule responsable de cet excès de malformations ? » Le Figaro indique que « pour le savoir, les chercheurs ont ensuite pondéré leurs résultats en excluant tous les autres facteurs de risque connus : âge de la mère, infertilité, temps passé à attendre une grossesse, etc. Une fois cet ajustement opéré, le risque de malformations associé à la fivete redevient comparable à celui d’une grossesse spontanée ». Pr François Olivennes, gynécologue obstétricien estime pour sa part que « cette méthode de procréation, qui a souvent été incriminée, n’est pas en elle-même à l’origine d’un sur-risque ». Mais dans le cas de l’« ICSI », « le risque de malformation demeure plus élevé, après la pondération, que pour une grossesse obtenue de manière naturelle » poursuite le quotidien qui note que selon le Pr Olivennes, « il n’est pas exclu que le spermatozoïde infecté soit atteint d’anomalies génétiques non détectées qui seraient à l’origine de malformations, sans que la technique proprement dite soit en cause ». Rappelant que « 20000 bébés naissent chaque année en France grâce à l’assistance médicale à la procréation », Le Figaro précise que « les auteurs de l’étude estiment nécessaire de mener d’autres travaux incluant les procédés les plus récents, car «ces technologies connaissent des innovations permanentes» ».

Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 11:04

D'après une synthèse réalisée par la revue de presse médicale Mediscoop reprenant des articles parus dans le Journal du Dimanche, Le Parisien et La Croix fin avril 2012, suite à l'annonce de la 1ere naissance en France d'un bébé né d'un ovocyte vitrifié...

 

Où l'on apprend, dans le JDD, que quand on veut un enfant et qu'on a plus de 37 ans (pour les femmes en tout cas...), notre infertilité est de convenance personnelle et non médicale... Que toutes celles qui sont concernées, et se font ainsi taxer d'être des dindes "irréfléchies" apprécient... Fallait y penser avant, c'est vrai, quoi ! On fait un gosse avec le premier venu à 25 ans, en même temps qu'on fait de brillantes études, et voilà, l'affaire est réglée !

Qu'on m'explique aussi comment un don d'ovocytes, quand on sait ce que cela représente en termes de lourdeurs de protocoles et de douleurs diverses et variées, puisse être irréfléchi...

Dommage pour une fois qu'une technique prometteuse était enfin, et pas avec 15 ans de retard, autorisée en France... il va falloir que les législateurs et autres grands pontes perdent des années à réfléchir pour finalement mettre des règles tellement contraignantes et contraires au progrès médical. Que toutes celles qui ont 37 ans reviennent dans 10 ans...

Enfin si au moins cela pouvait en effet développer le don d'ovocytes mais beaucoup de choses sont à revoir en la matière, à commencer par l'incitation au don, je n'ai pour ma part vu d'affiches que dans les centres AMP, bien vu !!

 

 

Fertilité : l’espoir venu du froid
Le Journal du Dimanche

L’hebdomadaire revient sur l’événement annoncé mercredi dernier : « la première naissance en France après vitrification de l’ovocyte ». « Plus efficace que la congélation lente », la vitrification est « un espoir pour celles atteintes d’un cancer » précisent les journalistes Aurélie Darbouret et Adeline Fleury. Mais la technique « est encore à ses balbutiements en France. A l’Institut de médecine et de reproduction de Marseille, sur les 1500 ponctions ovariennes réalisées depuis juillet dernier, trois vitrifications seulement ont été proposées », tempère l’article. Pour le Pr Wolf, « la vitrification va aussi développer le don d’ovocytes en France. La loi de bioéthique de 2011 dispose qu’il n’est plus nécessaire que la femme soit mère pour donner ses ovocytes. Du coup, les donneuses auraient la possibilité d’en auto-conserver ». L’article poursuit en indiquant que la vitrification pourrait apporter « un nouveau souffle pour le don de gamètes » grâce à une « simplification des procédures ». Concernant les « risques de dérives », « certains [évoquent] des désirs de congélation pour convenance personnelle et non médicale » (notamment dans le cas de « trentenaires » ou couple devenus « infertiles » en raison de leur âge), mais « l’Agence de la biomédecine assure que ces risques sont limités et que les centres de conservation n’acceptent pas les dons « irréfléchis » et au-delà de 37 ans », rapporte le Journal du Dimanche. « Dans la pratique, ce sera aux médecins d’en juger. Une grande majorité d’entre eux s’accordent sur le fait qu’il faudra encadrer cette technique avec une limite d’âge. Laquelle ? », conclut l’hebdomadaire.

 

« Première naissance française après vitrification de l’ovocyte »
La Croix, Le Parisien
La Croix annonce en bref qu’« une première naissance française après congélation ultrarapide de l’ovule, dite «vitrification de l’ovocyte», a eu lieu le 4 mars à Paris ».
Le journal fait savoir que « l’enfant est né naturellement à 36 semaines à l’hôpital Robert-Debré. La vitrification de l’ovule a été réalisée à l’hôpital Cochin. L’ovocyte in vitro a ensuite été fécondé par micro-injection du sperme ».
La Croix rappelle que « la vitrification des ovocytes permet de conserver des ovocytes frais non fécondés et donne la possibilité de préserver la fertilité des patientes, par exemple avant de subir des traitements qui pourraient l’altérer ».
Le Parisien précise quant à lui que le bébé se prénomme Aya et pesait 2,980 kg à la naissance. Le quotidien ajoute que la vitrification de l’ovocyte « a été réalisée dans le service d’histologie-embryologie-biologie de la reproduction du Pr Jean-Philippe Wolf, à l’hôpital Cochin ».


Partager cet article
Repost0

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives