Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 00:31

Peu de posts "perso" ces derniers temps. Pas envie, pas le temps, pas le courage. Que dire ? Rien et pourtant tant de choses...Des choses qui avancent, des choses qui restent identiques... L'espoir qui va qui vient, la douleur qui s'enracine, l'avenir qui semble toujours incertain...

 

La PMA ici ?
Notre dossier pour la 4e FIV serait a priori accepté au CHU de la ville, pour espérer une dernière FIV-ICSI que l'on pourrait espérer faire d'ici le printemps. Reste à attendre le rdv final du marathon des rdv et analyses pour avoir confirmation de cette "bonne" nouvelle, le fameux rdv est pris pour tout début janvier (pas possible avant, bien sûr, la patience est mère de toutes les vertus surtout en PMA...)

 

La PMA ailleurs ?
Ca s'accélère du côté de Barcelone, pas eu le temps de raconter le premier rdv chez nos amis en I qui s'est déroulé fin octobre, mais IAD1 est en cours de finalisation de préparation, potentiellement donc sur le cycle de décembre ou de janvier.

 

La PMA si loin ?
Parfois tout ceci me semble devenu très abstrait. Bien sûr, il y a toujours (depuis plus d'un an) mes petits comprimés du matin et du soir pour l'endomètre, bien sûr il y a eu ce rdv à Barcelone, son test de transfert et autres questions et manipulations bien connues, bien sûr il y a eu toutes les analyses (mon bras s'en souvient), bien sûr il y a la perspective des piqures qui vont reprendre très bientôt. Mais tout cela m'est devenu  un peu irréel... Je suis une PMette, c'est comme si cela avait toujours été ainsi, l'impression de ne jamais avoir été cette femme insouciante qui n'avait pas encore envie d'enfant, l'impression que je ne serai jamais autre chose. Tout cela est devenu en quelque sorte très inscrit dans ma vie, mais comme occulté par le quotidien. J'alterne entre un sentiment de routine (engluement ?) aveugle dans ce quotidien et l'effroi à l'idée que, dans cette jolie maison qu'on est en train d'acheter, il n'y aura peut être jamais mon enfant qui s'amusera et galopera dans le jardin et qui dormira dans cette jolie petite chambre avec le hublot pour que je le surveille du coin de l'oeil de mon bureau...

 

La PMA si près, si présente, si omniprésente qui vous rattrape par le coin du coeur alors que vous êtes censée être sur tout à fait autre chose. A deux reprises, récemment, lors de soirées boulot, et pan, la revoilà qui te tord le coeur et te replonge dans tes soucis et ton horizon incertain (bouché)

 

Début novembre, un colloque dans une grande ville du sud de la France. Une consoeur turque sympa avec qui j'échange quelques mots dans la journée. On se retrouve assise en face l'une de l'autre pour le dîner. Blabla divers. On parle de déplacements professionnels, de gérer le boulot à distance. Et là voilà qui annonce qu'elle va bientôt sans doute moins pouvoir se déplacer. Ton radar qui s'allume, vu l'âge, serait elle enceinte ? Ouiiin Ouiiiin. Bingo, là voilà qui te sort qu'elle veut un bébé. Toi tu te dis 'par où s'échapper?" Merde, tu es sur un bateau. Pas possible de t'échapper.
Mais elle continue et t'explique que c'est compliqué, que c'est médical. Et toi, redevenue bienveillante, tu demandes "IVF?" Bingo again. Une maladie génétique de son côté et de l'endométriose je crois. Nous voilà donc parties à discuter de tout ça, moi lui disant que c'est dur mais qu'il faut garder espoir et que les stim se passent la plupart du temps bien. Et qu'elle est jeune et qu'elle a toutes les chances que ça marche. L'impression d'être cette vieille routarde de la PMA qui donne conseil et encouragements à une novice. L'impression que j'étais dans son cas à ne pas savoir dans quoi et vers quoi je m'engageais, il n'y a pas si longtemps, il y a purtant déjà 3 ans, 3 ans d'enfer... Bref... Discussions sur les systèmes de soin là bas en Turquie et ici en France. Où j'apprends que les cliniques turques sont très en pointe la dessus et voudraient essayer de développer ce "tourisme procréatif" à l'instar de l'Espagne ou de la RT. Avec des tarifs imbattables parait il et des résultats impressionnants. Si cela en intéresse certaines... Bref, on échange les cartes et on promet de se tenir au courant. Elle est censée commencer ses FIV en décembre. Je n'ai pas eu le temps ni le courage de prendre des nouvelles. Mais parfois la PMA rapproche, même furtivement...

Mais parfois, la plupart du temps, la PMA éloigne.
Un autre déplacement, un autre dîner. 6 à table. Tu discutes gentiment art contemporain avec ton voisin d'en face et tu entends dans ton oreille de droite "oh des jumeaux!", "oh ils ont 8 mois", "oh ça doit être dur"... Jumeaux = Pmette à ma droite ? Naaaan. Elle en a 4, avec 2 ou 3 pères différents je crois, et 1.5 paquets de cigarette dans le nez par semaine. Genre là, la nana est passée à la cigarette électronique et à 16 g de nicotine par jour et est très fière d'avoir autant baissé sa dose. Genre elle a même pas arrêtée pendant sa grossesse ou depuis. Genre pas la même justice pour tous quoi. Voilà donc la discussion qui part sur les gosses, les familles recomposées (le voisin qui parlait d'art contemporain qui se met aussi à parler de sa dure mais finalement réussie expérience alors que lui et sa femme se sont rencontrés avec chacun un gosse: ouais, tu veux pas essayer quand l'un n'a pas de gosse et en chie pour en avoir un en PMA plutôt comme expérience difficile coco ??), les gosses et encore les gosses, les "cafés papotes" à la crêche, et j'en passe.
Toi dans ton coin, discrètement, tu dis plus rien, tu tournes ton verre d'un air pensif, tu t'éclipses demander à ton amoureux de te promettre qu'on va y arriver et qu'un jour tu n'auras plus aussi mal lors de ces discussions. Tu reviens, pensant avoir évité le pire mais la question tombe: "et toi, tu as des enfants???" "NON" il faut croire que mon "non" ferme n'incite pas à poser d'autres questions sur le sujet. J'ai cru percevoir un regard presque compatissant de l'une en face mais non, elle aussi elle a une gosse, elle devait juste s'étonner de mon silence.

Pourquoi je n'ai pas le courage, la force de leur répondre, par exemple: "des enfants ? non, j'en ai fait 10 en 2 ans, mais ils sont tous morts très vite, juste au stade embryon, qui dit mieux ?" ou alors "non et toi tu as des poissons rouges?" ou alors "1 couple sur 6 a des difficultés à procréer aujourd'hui, on est 6 à table, vous avez tous apparement des gosses, faites vos jeux". Certes je ne suis pas du style à raconter ma vie à des inconnus, certes je me fous de leurs vies et ils se foutent de mes problèmes, c'est normal. Mais j'aurais juste envie de leur dire "putain arrêtez de vous plaindre avec vos pb de gosses, si vous saviez comme certains aimeraient être à votre place".

Aurais je un jour le recul et la sérénité suffisantes pour le dire sans agressivité et sans paraître pour la frustrée aigrie qui n'en a pas ou l'égoiste (qui joue à paraitre) qui n'en a pas parce qu'elle doit ne pas en vouloir ? Pourrais je un jour dire "oui j'en ai un (ou deux) et je l'ai tellement attendu et je me suis tellement battue pour en avoir un que c'est juste un bonheur de vivre ça au quotidien ?" Est ce qu'un jour je vais pouvoir dire ça ???

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans Show must go on
commenter cet article

commentaires

eve 09/12/2013 10:35

Oh purée encore :( merde merde, c'est pas possible.je t'envoie tout mon soutien , ils te parlent de logique ah ahah non mais quel toupet.Fais chier d'attendre je vis ton ras le bol chez moi
aussi;te dire courage et patience.

eve 04/12/2013 18:20

Salut,

Si j'ai bien compris je croise pour l'iad.... pour le reste ça fait mal; c'est dur tout court la pma mais pma à 40 balais c'est hard.
J'attends le rdv fin du mois pour avancer vers une autre étape....je te souhaite plein de courage , j'espère que 2014 nous fera reprendre les essais !Bisous

6cellules 05/12/2013 09:32



En fait, IAD annulée (repoussée) cause kyste sur l'ovaire gauche. Voilà, voilou... Bref attendre encore non sans avoir galéré pour trouver quelqu'un ici pour faire les suivis avant de partir à
Barcelone et s'être fait remonter les bretelles parce que ce n'est pas "logique" de faire une IAD alors qu'il nous reste une FIV de couple à faire. Logique, je t'en foutrai...  Vivement 2014
oui qui sera bien remplie de notre côté entre "tout"... Vivement la réussite au bout car je n'en peux plus...



Lulu 27/11/2013 18:23

Ces situations sont insupportables. On se les prend en pleine tronche...
Entre la volonté d'éviter le sujet mais aussi le besoin infini de crier cette douleur, c'est une grande souffrance.
Concernant les techniques "modernes" de PMA en Turquie (forcément, j'interviens !), de sources fiables et vérifiées, je peux te confirmer que ta collègue a raison !
Courage Apo. Je t'embrasse.

angediles 27/11/2013 13:00

Je me retrouve dans ton post... Dans la situation de la soirée à table avec l'ensemble des convives qui discute de grossesse, d'enfant, de centre de loisirs etc... et moi me retrouvant la seule à
ne pas avoir d'enfants. et quand on parle de grossesse, certes je connais la grossesse (6 en tout dont une qui a tenu 6 mois) mais dès que j'ose en parler ça jette un froid: bin oui j'ai accouché
par césarienne mais mon bb est décédé. Alors on évite la conversation, tout le monde se sent géné car c'est pas courant de parler de ça.
Bref, je constate qu'on me prend pour une "pas normale": c'est pas normal de perdre un bb, pas normal de faire des FC, pas normal d'être en PMA, pas normal de vivre à 2 sans enfants... la normalité
c'est quoi ? trop de taboo chez certaines personnes, qui font mal au coeur alors que finalement la PMA c'est plus courant qu'on ne le pense !
Allez courage, tu n'es pas seule, on est là... bisous

Petit Hérisson 26/11/2013 21:19

Oh, je te comprends tellement! Combien de fois j'ai dû retenir mes larmes pendant ce genre de discussion? Je ne peux plus les compter. Avec l'expérience, je devrais avoir développé une manière de
me sortir de l'embarras. Et non, chaque fois les émotions me submergent...

déesse linette 26/11/2013 15:54

J'espère que tu pourras le dire!
Pour moi, ça risque d'être un peu compliqué. Annulation de ma FIv en cours hier matin. Le transfert de demain de ne fera pas. Deux follicules avancés par rapport aux autres, alors on ne ponctionne
pas.Mais on ne transforme pas non plus l'essai en IAC car il y a trop de follicules potentiellement bons.
Alors on me jette, par ici la sortie, c'est définitivement NON.
Une FIV à mon actif, 41 ans, et hop, éjectée de la PMA française.
En conclusion, la sage-femme me dit "mais vous avez déjà des enfants"... parce qu'elle a vu "grossesses" sur mon dossier. Oubliant de soulever le rabat qui complétait ces "grossesses" :
extra-utérines, fausse-couche.

On envisage le RV avec Barcelone, mais on a un peu oublié de jouer au loto...

Je ne sais plus, si, à ce jour, je suis encore une PMette. je suis un peu paumée à vrai dire.

Mon petit trésor 26/11/2013 11:34

Finalement, tu vois, tu en avais des choses à dire. La vie en société est toujours cruelle pour une pmette, ça me rappelle des dîners un peu guindés avec des inconnus, où forcément, le sujet des
enfants, rassemble et reste neutre en même temps... J'avais envie de m'échapper, je ne savais jamais quelle attitude avoir... Tout ça est très juste et ce vécu, tu imagines qu'on le vit, c'est
notre petite consolation, savoir qu'on n'est pas seules à vivre ces misères et pouvoir les partager....

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives