Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 19:19

Malgré un retour aléatoire (vol annulé à cause de la neige sur Paris, retour en train le lendemain et c'est long pour rentrer dans notre province, avec journée de boulot en vrac etc...), malgré un gros orage vendredi (pas dans le ciel celui là) et des tensions entre nous, malgré la difficulté des mois précédents: un petit espoir est revenu vendredi...

 

Le verdict parisien est plutôt bon: 1.54 de volume endométrial contre 0.93 il y a 3 mois. Le traitement semble faire effet. Oui, je "réponds" au traitement, je suis une brave petite patiente bonne élève... La vascularisation de l'utérus affiche désormais des paramètres presque quasi-normaux, enfin il se vascularise quoi. L'épaisseur et le volume progressent. Encore deux mois de traitement et je peux donc espérer être dans la normale volumétrique ie supérieur à 2. Moi qui n'aime pas les normes, et le fait de devoir être dedans et tout ce qui ressemble à du formatage, voilà que j'ai pour une fois envie d'avoir un profil "normal"...

 

Malgré les tensions entre nous, extrêmes certains jours quand la lassitude et l'impossibilité de parler de tout cela et de l'avenir si cela ne marchait pas, on peut donc espérer bientôt (mars ou avril?) un transfert avec des chances "normales" d'accroche. Plutôt les 2 embryons d'un coup selon la médecin parisienne pour, au vu de mon âge (40 passés...) optimiser les chances. Sachant que même si déconseillée à priori, la survenue d'une grossesse gémellaire ne nécessiterait pas de réduction. On n'en est pas là (malheureusement... pourtant à la lecture des blogs de certaines chanceuses, je trouve que 2 cela a l'air sympa...). Revenons au présent. La médecin parisienne émet par contre un gros doute sur la date proposée de transfert par notre centre qui indique un transfert à J19. Or selon elle, nos embryons étant en fait des J6, il faut les ré-implanter à J21. Car il faut compter avec les 2 jours de décalage qui sont liés à ce qui sert de "déclenchement" en cas de TEC. Bref on va recompter tout ça sur nos petits doigts et projetter de faire un gros mensonge sur mon J1 à notre centre pour le cycle de transfert. D'ailleurs à propos de J1, ce petit con (c'est mon blog, je dis ce que je veux) semble avoir envie de se pointer en avance ce mois ci. Au cas où on aurait espéré un miracle...

 

Du coup, malgré tout, malgré l'espoir qui n'est que de revenir à des paramètres normaux et ne garantit nullement le succès, malgré les tensions et les interrogations, on a quand même fait les soldes. Méga soldes même. Show must GO on. Yes !

J'en suis consciente, il faut continuer à vivre "en attendant". (Et il faut continuer à faire les soldes pour relancer l'économie aussi !!!). Il faut essayer de ne pas trop se gâcher la vie. Même si, étant forcé de faire semblant d'aller bien devant l'entourage professionnel et alentours, on a sans doute tendance à craquer et à s'effondrer à la maison. Alors oui depuis disons 1 an et demi, soit en gros depuis la PMA "hard", je ne suis pas forcément très gaie tout le temps et plus du tout insouciante. Mais faut il se cacher devant l'autre ? Ne pas lui montrer qu'on accuse le coup et qu'on a du mal à y croire encore ? Faut-il cacher l'angoisse qu'on peut avoir devant l'avenir incertain, devant le risque que cela ne marche pas, jamais ? Et puis bien sûr, la question taboue: Faut-il occulter ou taire la peur qu'on a de devoir vivre une vie non choisie et pleine de frustrations et de pincements au coeur dans laquelle on a sans doute besoin d'encore plus d'amour pour survivre malgré tout ? Comment vivre avec cette différence entre nous ? Comment faire, seule, le deuil du mot maman ?

 

Petit sondage, vous, vous faites comment, déjà avec la PMA ? Pour vous remonter le moral l'un l'autre sans s'entrainer vers le bas, pour se comprendre même quand on ne vit pas les choses de la même façon parce qu'on n'a pas forcément le même caractère et la même façon d'appréhender les choses ? Est ce que chez vous aussi, c'est Madame qui veut envisager la suite (les FIV suivantes si échec, la stratégie don ou pas don si échec,...) et Monsieur qui préfère faire chaque chose en son temps au risque de ne pas anticiper et de perdre du temps quand on n'en a déjà pas trop mais parce que sinon cela voudrait dire qu'on n'y croit pas vraiment ? Est ce qu'il y en a un qui veut tout faire, tout tenter et l'autre qui veut réfléchir et se fixer des limites ? Pas facile tout ça. Plus si facile en tout cas au fil des mois et des échecs...

 

Alors sans doute faut-il effacer les mauvais moments, ceux où on ne se comprend pas pour ne garder que les bons, ceux où on est sur de s'aimer pour le meilleur et pour le pire. Et sans doute faut il croire dans les petits signes, les petits gestes, les épreuves pour l'instant surmontées ensemble, et oublier les moments de découragement où on dit n'importe quoi. Et il faut croire dans les petits chiffres encourageants: 1.54 pour en revenir au chiffre du jour (enfin de la semaine). Putain 1.54... Et après ? Si ce chiffre pouvait se multiplier par, allez 100 à la louche lors d'une pds, ça serait tellement bien... Si seulement...

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans Entre 2 FIV
commenter cet article

commentaires

danslalueurdelavie 27/01/2013 19:33

ah je suis vraiment contente de ces bonnes nouvelles!!! C'est super, ça n'augure que du mieux pour la suite!! Je commence d'ores et déjà à croiser.
Après concernant tes questions sur le couple, c'est vrai que c'est difficile. Nous on était dans le même cas de figure que vous, moi anticipant les échecs et prenant toutes les initiatives PMA dont
celle du don, lui voyant le "étape par étape" et suivant plutôt. Aujourd'hui il en est conscient. Je crois que c'est une question de protection de chacun, de vision de l'échec ou de la réussite,
mais également fortement lié au fait que c'est notre corps qui fait tout! Tout se passe en nous. Impossible de ne pas y penser tout le temps. Mais se laisser du temps, être à l'écoute des besoins
de l'autre est essentiel. Et puis il y a des hauts et des bas, oui, c'est tout à fait logique. Courage ma belle. gros bisous

6cellules 28/01/2013 09:55



Merci pour le courage, j'en ai bien besoin... Et envoie moi aussi un peu de "lueur de la vie" aussi, car j'ai du mal à la voir en ce moment ... Bisous



Penelope 27/01/2013 19:13

Dans un couple "normal" c'est déjà pas facile de communiquer convenablement alors pour un couple "infertile" ce n'est pas du gâteau. C'est cette attente qui nous fracasse. En ce qui me concerne,
faut ça pète pour crever l'abcès.
Je suis contente de lire que tu réponds bien au traitement, alors je vais pas me gêner pour croiser les doigts ...parce que moi j'y crois.
Des bises Apo

6cellules 27/01/2013 19:33



Comme tu dis, dans un couple "normal" ce n'est déjà pas facile. Alors dans un couple infertile et une famille décomposée, je te dis pas... Merci merci pour les croisages ! Bises aussi



La fille 25/01/2013 16:00

Si tu aperçois une fille ne mini-jupette qui agite des pompons en tout sens, c'est moi qui encourage ton endomètre. Biz

6cellules 27/01/2013 19:36



Une pom-pom girl pour mon endomètre !Il est flatté ! Biz La Fille !



Lily 23/01/2013 20:54

Super pour ton endomètre !
C'est quoi ton traitement déjà ?
Concernant ton sondage, c'est exactement comme chez toi. Mais contrairement à Irouwen, je n'arrive pas à passer le relai. Je reste locomotive et je me le faiscreprocher encore en plus !
Bises.
Lily.
http://mamansansbb.wordpress.com

6cellules 27/01/2013 19:40



Mon traitement est Aspegic nourrisson, Tocopherol et Pentoxifilline. Depuis 3 mois et encore pour 2 mois...


J'ai l'impression que quel que soit l'histoire du couple et les caractères de chacun, c'est plus souvent (toujours?) la femme qui est motrice. Est ce lié à la réticence des hommes au "médical", à
leur espoir de miracle, à leur envie que les choses se fassent sans heurts et sans soucis, au côté combattif des femmes ou au fait que quelque part c'est nous quel que soit le problème
d'infertilité qui nous sentons porter cette responsabilité ? Bizarre non ?


 



Monoi 23/01/2013 20:40

je t'ai répondu directement via l'item contact. je ne voulais pas tout dire mais te le dire à toi

6cellules 27/01/2013 19:41



Je te réponds très vite mais pas mal bousculée côté boulot et pas mal en vadrouille ces temps ci ! Bisous



Plume 23/01/2013 17:19

Je retiens ce chiffre : 1.54 !
Tu vas avoir un petit nid douillet prêt à l'accueil de 2 embryons moi je dis !
Quelle bonne nouvelle !

6cellules 27/01/2013 19:42



Merci Plume. J'espère que le nid sera au goût de qui tu sais. Ils vont pas commencer à faire les difficiles non ? J'ai à la fois hâte d'être en mars (ou cycle avril à caclculer) et à la fois je
crève de trouille... Apo



Marianne 23/01/2013 10:52

Je suis super contente pour toi et cette bonne nouvelle. Je croise les doigts pour que la progression continue...

Mon mari est assez réfractaire à tout ce qui est médecine et traitements... et du coup, il veut comme ton homme, y aller doucement, étape par étape. J'ai longtemps cru que c'était parce qu'il était
déjà père, mais en réalité il s'inquiète énormément pour moi et ne veut prendre aucun risque pour ma santé. Ca n'empêche pas qu'il me soutient dans toutes mes décisions.
Au départ, c'était surtout lui qui me remontait le moral et je croyais qu'il allait bien, que ça l'affectait nettement moins que moi (encore à cause de cette fichu non-parentalité non partagée
!!!)...
Et puis un jour son meilleur ami m'a dit qu'il s'inquiétait pour lui, que quelque chose n'allait pas, mais qu'il ne savait pas quoi.... Depuis, j'ai un peu repris les choses en main et nous allons
mieux tous les deux....
Les conseils d'Irouwen sont très pertinents ! Ca ressemble beaucoup à mon cheminement...
Bises....

6cellules 27/01/2013 20:02



Comme tu dis cette fichue non-parentalité non partagée et qui nous mine à petit feu au fil des échecs... Je n'ai aucun lien direct avec ses meilleurs amis (quand on se rencontre tard, chacun a
ses sphères et ses réseaux et le compagnon/compagne n'est pas considéré pareil que quand les groupes d'amis se construisent ensemble) donc je ne sais pas comment il apparait aux yeux des autres
quand je ne suis pas là... Pas facile tout ça, entre le fait de ne pas dire ce qu'on ressent pour ne pas alourdir encore plus l'autre et les non-dits qui pourraient sonner comme des reproches (cf
la non-parentalité non partagée...). Pfouuuu



irouwen 22/01/2013 17:44

Deux-trois choses que j'ai expérimenté.

- Déjà tu ne peux pas changer l'autre, tu peux tenter de te changer toi-même. Comme par exemple pour moi qui avait tendance à tout garder en moi, j'ai appris à exprimer ce que je pensais, ce que je
ressentais, sans accuser l'autre, sans me sentir dévastée par l'expression de mes ressentis. Cela soulage de partager tout ce qui se passe dans la tête.

- Ensuite, il faut réapprendre à communiquer avec l'autre. L'autre qui n'est pas soi, il pense, il vit les choses différemment de toi, c'est ainsi. Mais ce qu'il vit n'est pas mieux ou pire que
toi, c'est juste différent. Communiquer autrement, réussir à identifier les émotions qui font dire ou penser, telles ou telles choses, est-ce que le grief est vraiment vis à vis de l'autre ou
est-ce un grief déplacé vers l'autre qui est là et qui prend pour tout le monde...

- communiquer sur le sujet très douloureux pour vous, avec des gens que vous aimez et qui vous aime. Cela permet aussi de faire sortir du seul couple toutes les angoisses et de partager la douleur
et les difficultés du parcours.

Ici aussi, mon homme était suiveur et pas locomotive. Mais à un moment, je lui ai dit que j'avais besoin d'être le wagon et lui la locomotive, en expliquant le pourquoi du comment. DOnc notre petit
train a repris son chemin dans une configuration différente.

Je trouve que c'est encourageant, la progression de ton endomètre. Quel est le type de traitement préconisé dans ta situation ??

J'ai aussi été voir une psy, pour régler les conflits internes qui m'agitaient beaucoup, notamment cette absence si longue mais surtout mes griefs et mon ressenti très négatif vis à vis des
médecins pma. Pendant Deux mois, toute seule.
Nous avons aussi rencontré la psy du service pma tout les deux.

6cellules 27/01/2013 20:05



Merci Irouwen pour ton commentaire judicieux.


Pas facile non de se mettre à la place de l'autre, surtout qu'on n'est pas à sa place et qu'on ne réagit pas comme l'autre. Après je crois qu'il faut que les 2 fassent des efforts pour se
comprendre et pas un seul qui doit changer sinon c'est encore inhjuste et bancal...


Notre sujet très douloureux est malheureusement difficilement partageable. D'abord l'infertilité bien sûr qui ne reçoit pas forcément des oreilles très averties et compatissantes. Ensuite notre
"différence", où là encore quand on ne le vit pas et qu'on ne vit pas ce que j'appelle ma "double peine", les gens ne comprennent pas que cela puisse être à ce point douloureux. Et puis les
belles-mères ont toujours tort n'est ce pas...Bref perdu d'avance pour moi qui aux yeux de tous devrait me sacrifier.Ben voyons !


Quant au wagon / locomotive, on aimerait ainsi sans doute parfois que cela soit l'autre qui prenne parfois telle initiative (je parle PMA, pas du reste!), mais si celui qui prend parfois des
initiatives ou pense à telle ou telle chose, ne le dit pas parce que c'est prématuré, pas mûr, pas encore le moment, comment savoir ?


Quant au psy, j'ai essayé au départ d'aller en voir un (une en fait) por essayer de mieux vivre tout cela, l'infertilité et le fait que lui ait adopté et qu'il fallait donc que je fasse avec ça.
mais cela ne devait pas être le bon thérapeute car franchement cela n'a rien donné. On parle aussi d'y aller à deux (pas de psy dans notre centre...) mais il faut trouver le bon. Prendre le temps
et déjà que la PMA en bouffe beaucoup du temps... Merci en tout cas pour ton témoignage



eve 22/01/2013 17:03

C'est une très bonne chose que tu répondes bien au traitement dis donc!!!! c'est de l'espoir tout plein pour le prochain essai, après cette attente c'est ça qui plombe!bisous

6cellules 27/01/2013 20:08



L'attente et les échecs surtout... Merci Eve, bonne chance à toi et à tes 10 cellules...



Bounty Caramel 22/01/2013 14:48

Endomètre, joli endomètre donne à Apo ce qu'elle désire, elle et sa moitié... Bon ok c'est du taf', mais bxxx ça en vaut la peine ! Je t'assure ! Et bravo déjà pour ce chemin parcourue tout en
épaisseur et volume de plus en plus divin !
PS : Sérieusement, tu lui passes le message, ok ?!
Beaucoup plus sérieusement, il écoute, je parle. il se ferme, j'explose. Il réfléchit, j'agis. Il se concentre sur le présent, j'anticipe l'avenir. Il est au jour le jour, je vis à demain.... Je
continue la liste où tu vois ce que je veux dire ?...
Pas facile de s'accorder dans les difficultés non prévues ni prévisibles pour un couple. Pas facile de se parler dans un vécue douloureux du quotidien, dans la peur du à venir, dans l'espoir
existait et fragile. Pas facile de parler de ses ressentis et émotions si puissantes à l'autre, qu'on aime certes, mais qui est autre tout de même.
Bien du courage à vous deux, beaucoup d'amour face aux épreuves. Du dialogue, des attentions, de l'espoir surtout. Bises

6cellules 28/01/2013 09:46



Je vois très très bien ce que tu veux dire... Pas facile de se comprendre quand on a mal et qu'on va mal... Il faut sans doute beaucoup d'amour oui, de dialoge et faire attention à l'autre... Et
ne pas s'épuiser... J'espère que l'espoir de lendemain meilleur va revenir. Bises



Lilou 22/01/2013 13:42

On vit pas dans le monde des bisounours, alors les "ça nous a rapproché, on est plus que jamais soudés" ça m'énerve un peu...
Parce que, en général, c'est pas ce qu'on ressent le jours des disputes... quand on a le nez dans la merde, qu'on est épuisé...
La PMA ça m'a surtout conforté dans l'idée qu'on avait déjà affronté le pire, qu'on pouvait le dépasser et que le meilleur ne pouvait qu'être devant. Oui, la PMA me rassure sur la solidité de mon
couple dans les épreuves (même si chaque épreuves est différentes)
Mais de là à dire que la PMA fait qu'on est plus soudés qu'avant?

Une amie m'a écrit la semaine dernière "je sais que cette aventure, même si vous ne méritez pas de la vivre, vous a encore plus soudés." Certes, ok, je veux bien, mais l'aurait-on été moins sans la
PMA?

Je sais que j'ai perdu ma naïveté et mon insouciance, ça c'est sur...
Je crois que dans un couple, il en faut un qui remonte le moral de l'autre, qui le tire vers le haut. Mais il ne faut pas que ce soit toujours le même...
Les choses dites dans la tourmente doivent être écartées, parce que les mots dépassent souvent la pensée. J'ai dit une fois que c'était lui qui était stérile et que j'avais qu'à me barrer! je le
regrette encore car je ne le pense pas (je suis sure auj que mon choix c'est la vie avec lui, avec ou sans enfant)!

Sinon, je te rassure, toutes les filles anticipent, et dressent la liste des plans B, voire C. Je crois que nous ça nous rassure. Alors que eux, optent pour la facilité : ils sont certains,
certains, certains que la prochaine tentative sera la bonne (ils en sont convaincus, bravo pour leur optimisme)! Comme ça, ils se préservent et en plus ils peuvent feignanter, sans penser à la
suite! Pour eux, je crois que penser à la suite=il va y avoir un échec.
Nous, on a le cerveau en ébullition... dommage que les rôles ne soient pas inversés.

J'ai été un peu longue et brouillon... Désolée!

6cellules 28/01/2013 09:47



Non tu n'as pas été longue ! merci. Oui le monde des bisounours, à d'autre, en tout cas moi j'en ai pas vu un bisounours depuis longtemps ! Il faut sans doute oublier les choses dites n'importe
comment dans les moments de tension mais pas facile... Je pense bien à toi pour le 5...  On se tient au courant



Barbidou 22/01/2013 11:11

Déjà, j'appaludis ton endometre grossissant et j'espère qu'il va continuer sur sa lancée !
Dans notre couple, la PMA nous a rapproché mais là où je te rejoins c'est que les plans B, les solutions de repli c'est moi qui les envisageait. Quand la gynéco a commencé à parler don d'ovocyte
j'étais déjà prete à me renseigner quand lui voulait à tous prix faire d'abord toutes les FIV possibles ici..
J'ai également la chance d'avoir un homme très patient, qui sait les effets des hormones et qui, du coup, a su étouffer les conflits naissants en me rassurant.
Et puis ... il y a l'amour... Et même si la PMA nous abime un peu, le sentiment profond reste
Bises

6cellules 28/01/2013 09:49



Oh oui la PMA abime... beaucoup... Merci et j'espère que tout va bien aller pour vous, vous êtes en bonne voie de réaliser votre rêve. Apo



Kaymet 21/01/2013 22:33

Apo, je suis super contente de ce beau résultat; vivement que tu aies la confirmation que le traitement t'a permis de dépasser le seuil du 2!
Pour la communication dans le couple, j'ai demandé à mon chéri tout à l'heure comment il répondrait à ta question. Son point de vue (que je partage) est que dans notre couple on a toujours été très
attentionné l'un envers l'autre, et qu'avec la PMA (+ l'expatriation qui a joué aussi, et on a démarré les deux quasi en même temps), vu la difficulté du parcours, ça nous a incité à être encore
plus présents pour l'autre, finalement pas seulement quand on parle de PMA mais au quotidien en général. Je ne dirais pas que c'est tout rose tout le temps, ce serait exagéré, mais franchement on
ne s'engueule quasiment jamais, et on arrive à parler d'à peu près tout l'un avec l'autre, à partager nos ressentis - et généralement quand l'un ne veut pas parler d'un sujet, l'autre n'insiste pas
plus que ça et va attendre un meilleur moment pour ça. Bon c'est un peu difficile à expliquer tout ça, mais je crois que c'est plutôt une question de caractère; j'ai la chance que mon chéri ait un
caractère très empathique, avec des besoins assez proches des miens, et qu'on se ressemble beaucoup.
J'espère sincèrement que vous arriverez à retrouver un équilibre; et que dans cet équilibre vous aurez au moins un petit bébé à vous qui vous aura rejoint.
Bises

6cellules 28/01/2013 09:51



Je veux bien la recette pour ne jamais s'engueuler... !! C'est peut être une question de caractère, de résistance aux épreuves, de réelle "communion" entre deux, un mélange de tout ça... Bises



madamepimpin 21/01/2013 22:18

Hourra pour cet utérus ! C'est ça de pris, c'est top.
Chez nous, c'est tout comme tu dis. J'anticipe, j'envisage toutes les pistes, tous les chemins (ce qui ne veut pas toujours dire que je suis prête à les prendre) et Monsieur est plutôt du genre un
pied après l'autre. D'où notre dernière prise de bec quand j'ai voulu qu'on parle d'adoption et qu'il a levé les yeux au ciel. Bah pour moi c'est important de savoir si on peut l'envisager comme
ultime recours. Pour lui c'est pas le moment d'en parler...
Et pour le remontage de moral il n'y a pas de technique... C'est souvent le gynéco qui nous rebooste. Et nos grande discussions. Parfois douloureuses, parfois mouvementées, parfois pleines de
larmes, mais ça nous fait toujours avancer à défaut de se fendre la poire :)
Je croise pour la multiplication dans l'utérus !
Bises

6cellules 28/01/2013 09:53



Je suis d'accord: quand une engueulade eprmet d'avancer, cela peut être salutaire. Sinon c'est juste se pourrir la vie et creuser le fossé... Hors de question de compter sur le gynéco pour nous
rebooster ici, c'est plutôt le contraire même, il n'y a jamais eu une parole d'espoir et d'encoragement ni même de savoir comment on le vivait... mais je ne compte pas faire ma vie avec le gynéco
alors ce n'est pas le plus grave ! bises



Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives