Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:31

La recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines et sur l'embryon peut-être bientôt enfin autorisée en France !

Le 4 décembre 2012, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à autoriser, de façon encadrée, ces recherches. On passe d'une interdiction avec dérogations à une autorisation encadrée: c'est symbolique, mais cela peut vouloir dire beaucoup ! Il reste l'étape de l'Assemblée Nationale en janvier et on l'a vu en 2011, celle ci s'était, bizarrement, montrée plus conservatrice que le Sénat sur ces questions de bioéthique. A suivre donc.

 

Personnellement, je pense que c'est une bonne nouvelle pour la compétitivité de la recherche française, c'est mon avis depuis toujours, mais depuis que je suis en PMA, je pense que c'est aussi un espoir pour nous qu'on parvienne enfin à mieux comprendre les débuts de la vie et comment évolue l'embryon et à faire avancer les recherches en la matière.

Bien sûr, pour nous, infertiles, les oubliés de la recherche comme je titrais récemment, il y a le risque que les recherches soient focalisées sur les cellules souches embryonnaires et sur les applications en thérapie cellulaire et régénératrice mais on peut aussi espérer que les embryons surnuméraires obtenus par FIV et qui ne font plus l'objet d'un "projet parental" puissent permettre de faire avancer les connaissances sur pourquoi et comment évolue et s'implante un embryon. Je l'espère même si cela sera trop tard pour nous. Et même si j'espère que nos embryons vitrifiés actuels vont se transformer en joli(s) bébé(s).
Mais si un jour je devais me trouver dans cette position d'avoir réussi mon "projet parental" et d'avoir des embryons restants surnuméraires donc même si ce mot n'est pas beau (ce que je n'espère pas car j'espère que cette 3e FIV était la dernière et que nous allons réussir avec nos 2 eskimaux), je serai bien sûr partisane de donner ces embryons à la science pour faire avancer la recherche. Ou éventuellement à un autre couple. Tout comme j'ai ma carte de donneur d'organe s'il m'arrivait quelque chose... C'est un peu pareil pour moi.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 4 décembre 2012

 

Adoption par le Sénat d'une proposition de loi d'autorisation encadrée de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines

 

Geneviève  FIORASO, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a soutenu au nom du  gouvernement une proposition de loi déposée par le groupe RDSE, autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires humaines. Cette proposition  de loi adoptée par le Sénat le 4/12/2012  a été transmise à l'Assemblée Nationale où elle sera discutée en 2013.

Elle permet de corriger certains aspects de la loi de Bioéthique de 2011 et de passer d'une interdiction de principe de la recherche, permise seulement sous dérogations, à une autorisation strictement encadrée sous le contrôle de l'agence de la biomédecine.

Ces recherches concerneront des embryons surnuméraires conçus par fécondation in vitro ne faisant plus l'objet d'un projet parental, après une information et un consentement du couple, et s'inscriront   dans une finalité médicale. Cette loi permet de concilier l'éthique et la liberté de la recherche. Elle clarifie le cadre juridique de la recherche sur l'embryon dans notre pays et permet de rattraper le retard sur les pays étrangers. Il s'agit d'une avancée significative, attendue depuis près de 20 ans par les chercheurs, ouvrant de nombreux espoirs de progrès médicaux et de partenariats entre les équipes françaises, européennes et internationales

 

 

Controverse après l'adoption en "catimini" d'une proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon

Généthique

L'adoption en première lecture, par le Sénat d'une proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires suscite la controverse. 
Ainsi, pour Denis Berthiau, Maître de conférences en droit de la bioéthique à l'université Paris-Descartes, "le fait que cette réforme soit d'initiative parlementaire est le signe que l'on souhaite limiter le débat dans le grand public et mener la discussion de façon relativement discrète. En outre, du point de vue politique, les députés de la majorité y sont globalement favorables mais aussi, ne l'oublions pas, certains élus de droite, car ce sujet transcende les clivages politiques", rappelant "qu'il y a au Parlement un grand nombre de représentants du monde médical, qui, pour la plupart, voient d'un bon oeil que l'on facilite la recherche". 

Pour François Ernenwein, dans le quotidien La Croix, "il existe des sujets controversés qui mériteraient de larges débats, la confrontation des opinions, le refus des fausses évidences... Mais il semble que pour un certain nombre d'entre eux, le gouvernement préfère agir en catimini". 

En outre, "cet examen en catimini est d'autant moins compréhensible que la loi de bioéthique ici 'détricotée' d'une 'disposition centrale' a été votée il y a 18 mois seulement après des Etats Généraux de grande ampleur". Ainsi, l'adoption de cette proposition de loi "représente un bouleversement fondamental, 'à contre courant' des avancées qui couronnent les recherches sur les cellules souches non embryonnaires, le Pr Yamanaka, prix Nobel de médecine en tête, découvreur des cellules iPS". 

Par conséquent, face à cette absence de débat, "la Fondation Jérôme Lejeune vient de lancer une campagne de sensibilisation pour tenter d'infléchir le débat à l'Assemblée nationale". Cette campagne, intitulée "Vous trouvez ça normal ?" se décline sous forme d'annonces dans la presse et par une plate-forme de mobilisation sur le site internet www.vous-trouvez-ca-normal.com, qui "promeut une pétition en ligne contre la recherche sur l'embryon humain en France". 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans échos & Textos
commenter cet article

commentaires

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives