Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 10:01

Désespérement oubliés ! Les infertiles et les difficultés de procréation sont encore une fois oubliés, occultés des débats ! Je comprends qu'on puisse être "pour" ou "contre" la recherche sur l'embryon pour des raisons disons éthiques, mais dans tous ces débats, on ne pense jamais que la recherche sur l'embryon ouvrirait aussi des perspectives pour mieux connaître celui-ci, mieux comprendre comment et pourquoi il s'implante et se développe (ou pas...). Bref que cela n'ouvrirait pas seulement des voies potentielles (les débats scientifiques sur l'intérêt relatif des cellules souches embryonnaires et des cellules souches dites iPs ou reprogrammées font rage et sont d'actualité avec l'attribution du Nobel de Médecine à Gurdon et Yamanaka ce mois ci) en matière de thérapie cellulaire ou médecine régénérative mais aiderait aussi tous les couples infertiles ! Et que tous les embryons surnuméraires qui ne font plus l'objet d'un projet parental pourrait aider les couples infertiles, certes en étant donnés en tant qu'embryon pour un transfert, mais aussi en faisant avancer la recherche sur ce qui reste un grand mystère.
Serions nous si invisibles malgré le poids des stat qui assurent que de plus en plus de couples connaissent l'infertilité ? La France continuera-t-elle éternellement à interdire ce qui pourrait aider nombre d'entre nous (recherche sur l'embryon, gestation pour autrui...) ?

La découverte du professeur Yamanaka rend caduque la recherche sur l’embryon humain"

Dans une tribune du quotidien Le Figaro,Alain Privat, professeur de neurobiologie à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), ancien directeur d'unité à l’Inserm et membre correspondant de l'Académie de médecine, "réagit à la récente décision du Parlement de réexaminer la législation relative à la recherche sur l’embryon humain". Ainsi, le neurobiologiste s’oppose au soutien du gouvernement concernant la proposition de loi visant à autoriser la recherche sur l’embryon humain, soutien marqué par le discours de la ministre de la recherche lors de la discussion générale au Sénat le 15 octobre dernier.
Pour le professeur de neurobiologie "une mise au point s’impose". En effet, "la remise du prix Nobel au professeur Yamanaka pour sa découverte des cellules souches reprogrammées (iPS) a déclenché une manœuvre de récupération par les promoteurs de la recherche sur l’embryon humain", ajoutant qu’ "il est vrai que ceux-ci peuvent se sentir fragilisés puisque leurs recherches avancent si peu au regard de la révolution des iPS et des résultats thérapeutiques prometteurs apportés par les cellules souches non embryonnaires".
Alors que "certains prétendent que les travaux couronnés par le prix Nobel cautionnent la recherche sur l’embryon humain", Alain Privat précise que "c’est tout le contraire.
L’amalgame qui est fait entre cellules souches et cellules souches embryonnaire est fallacieux. La découverte du Pr Yamanaka a ouvert une nouvelle voie : une cellule adulte spécialisée peut être ramenée au stade indifférencié et ensuite dirigée de façon à donner naissance à tous les tissus d’un organisme !". De fait, pour Alain Privat, "la découverte du Pr Yamanaka rend caduque la recherche sur l’embryon humain et pointe les errances stratégiques de la recherche française : faire de l’embryon humain à tout prix".
En second lieu, il précise qu’ "utiliser la découverte de Yamanaka pour soutenir l’autorisation de la recherche sur l’embryon humain alors que lui-même s’est imposé de ne pas y recourir pour des raisons éthiques, c’est non seulement trahir son travail et son génie, mais c’est se tromper de méthode". Il ajoute : "si le Pr Yamanaka avait suivi la voie prôné par les scientifiques français promoteurs de la recherche sur l’embryon, il n’aurait pas fait cette découverte dont l’objet est précisément de soigner SANS recourir à l’embryon".
Poursuivant en précisant que "d’autres [encore] brandissent l’accusation du retard de la recherche française en raison de l’obstination à interdire la recherche sur l’embryon et du conservatisme de notre pays", le Pr Alain Privat explique au contraire que "ce sont précisément les partisans obstinés de la recherche sur les cellules souches embryonnaires qui sont responsables du retard de la France. Les agences de recherche française ont pris un retard de plusieurs années dans le financement des recherches impliquant des cellules iPS comme celles qui ont été récompensées par le prix Nobel".
Enfin, le professeur Alain Privat relève qu’un dernier argument est avancé par les "tenants du ‘tout-embryonnaire ", et selon lequel : "les cellules iPS sont, certes, intéressantes, mais les cellules souches embryonnaires humaines resteraient la mesure étalon, le standard de référence". Ceux-ci ajoutent que le Pr Yamanaka lui-même aurait utilisé des cellules souches embryonnaires pour parvenir à sa découverte". Pour le neurobiologiste, cette information est volontairement donnée de façon incomplète ". En effet, en 2006, dans sa première publication sur les cellules souches animales, [le Pr Yamanaka a utilisé des cellules souches embryonnaires animales, non humaines"et "en 2007, dans sa deuxième publication sur les cellules souches humaines, il n’a pas non plus utilisé d’embryons humains".
Par conséquent, pour le Pr Alain Privat, "il est assez incompréhensible que l’on se serve encore de cellules souches embryonnaires comme ‘gold standard’ pour évaluer les iPS. Les cellules souches embryonnaires humaines sont historiquement la comparaison de référence (initialement, faute d’alternative). Aujourd’hui, la situation a changé". En effet, "les recherches les plus récentes montrent[…] que les iPS sont largement supérieures aux cellules souches embryonnaires, notamment pour modéliser des maladies et tester des molécules au profit de l’industrie pharmaceutique". En outre, pour ce qui est des greffes "elles n’imposent pas de recours à un traitement immunosuppresseur", et "les risques de tumorisation allégués par les opposants se sont révélés égaux, voire inférieurs, à ceux des cellules embryonnaires".
Ainsi, le Pr Alain Privat avertit : "la France, si elle venait à faciliter encore davantage la recherche sur l’embryon humain par une disposition législative idéologique, enverrait au monde un message de négation de l’éthique et d’anachronisme scientifique".

Le Figaro (Alain Privat) 20/10/12

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Penelope 13/11/2012 20:24

Tout est dans le titre....
Bisous APO

6cellules 16/11/2012 09:49


N'est ce pas. L'infertilité c'est quoi ? Tout le monde s'en fout si pas confronte ! Bisous à toi aussi


danslalueurdelavie 11/11/2012 17:33

je suis bien d'accord avec toi. Nous sommes les éternels oubliés de la recherche

6cellules 16/11/2012 09:48


Et oui. Je suis très heureuse pour toi et j'espère que la lueur va grandir grandir...


Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives