Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 14:25

Oyé, Pmettes, arrêtons de vouloir faire un gosse, il parait que c'est un tue-l'amour !

 

J'espère que non et que cette étude se trompe ou qu'en tous les cas, le fait d'en avoir autant chié pour les avoir nos gosses nous permettra de passer au dessus de ces constats. Il parait que le fait d'avoir traversé des épreuves soude le couple alors là, on est paré !!
Par contre, ce dont je suis sûre, c'est que les enfants des autres (ie non du couple si vous voyez ce que je veux dire, ceux qui font la double peine de la PMette-marâtre malgré elle par exemple...) sont des tue-l'amour et des tue-couple...Mais ça c'est une autre histoire... Dommage que l'étude ne l'aborde pas d'ailleurs, ça serait sanglant à mon avis !!

 

 

COUPLE: Les enfants, des tue-l’amour?


SantéLog /
Open University

 

Que d’enseignements dans ce rapport très fouillé de l’Open University britannique qui propose un état des lieux des facteurs qui vont faire la relation de couple, sa qualité, sa durabilité, le bonheur qu’elle peut apporter. Des surprises aussi comme l’effet majoritairement négatif des enfants sur le couple –mais pas sur le bonheur global ! -, le meilleur épanouissement des couples non-hétéro, ou encore le détachement relatif des couples avec enfants de la sexualité. Enduring Love ? L’amour ne dure-t-il donc qu’un temps ?

 

Le rapport “Enduring Love? Couple Relationships in the 21st Century”, financé par l'Economic and Social Research Counsil britannique est issu d'une enquête menée auprès de 4.494 couples britanniques portant sur la relation de couple, la relation entre travail et vie privée et la parentalité et le couple. Ses enseignements sont multiples.

Les plus heureux en couple : Parmi les groupes qui déclarent les meilleures relations de couple et le bonheur qui va avec, les hommes et les femmes jeunes (moins de 35 ans) et les hommes plus âgés (+ de 55 ans). On note aussi que les couples sans enfants et non mariés sont plus heureux en couple que les couples avec enfants. Et des parents non mariés se déclarent plus heureux que des parents mariés. Enfin, les personnes non-hétérosexuelles sont aussi plus positives que les hétérosexuels sur la qualité de leur relation avec leur partenaire et la pérennité de leur relation.

Les secrets de la longévité du couple : Etre là pour l’autre en cas de pépin, savoir lui consacrer des moments privilégiés, poursuivre les mêmes intérêts et partager les mêmes projets, savoir dire « je t’aime » aussi et plus largement parler ouvertement à l’autre, participent à la pérennité et à la qualité de la relation, selon les participants. Précisément, reviennent fréquemment,

· les « merci» et les petites attentions, comme une tasse de café ou de thé,

· la reconnaissance du temps et des efforts investis dans le couple ou la famille,

· le partage des tâches du quotidien

· la nécessité d'une bonne communication,

· la possibilité de communiquer ouvertement,

· les petites surprises comme les fleurs ou le chocolat mais surtout les intentions,

· les mots et les preuves d'amour : Dire « Je t'aime» semble symboliser la proximité de la relation de couple.

 Et là, il s’avère que les partenaires de couples avec enfants font beaucoup moins pour « entretenir » la relation, révèle le rapport, et encore moins s’ils sont hétérosexuels.

 

Ce qui peut unir ou séparer :

· la foi et les croyances,

· les goûts,

· les ambitions et les intérêts,

· l'humour et le rire,

· les habitudes quotidiennes,

· l’expression et l’écoute (une mauvaise communication autour de questions d'argent est l’exemple le plus souvent cité),

· l’amitié et la proximité émotionnelle,

· le respect,

· l'encouragement,

· la gentillesse,

· la confiance.

 

Être parent ne semble pas affecter le niveau de bonheur en général mais précisément la relation de couple. Ainsi, les pères sont moins positifs sur la qualité de leur relation de couple mais aussi heureux que les hommes sans enfants de leur vie en général. Et quant aux mères, si bien plus négatives sur leur couple et sur l'évolution de leur relation avec leur partenaire, elles se déclarent beaucoup plus heureuses de leur vie que tout autre groupe.

 

-Une explication possible tient à l’évolution des priorités affectives du père et de la mère, une fois parents : Alors qu’en général, les enfants deviennent les êtres les plus « importants »dans la vie de la mère, sa compagne reste la personne la plus importante pour le père.

 

-Autre explication, la sexualité, qui s’émousse avec la parentalité, même si les pères sont plus de deux fois plus susceptibles que les mères d'inclure des besoins sexuels non satisfaits au nombre des frustrations de leur relation. Cependant, lorsque c’est le cas, la fréquence sexuelle en soi ne nuit pas à la relation que ce soit pour les mères ou les pères.

 

Le temps et les épreuves font la solidité de la relation : Plus les relations sont anciennes mieux la relation « vieillit » et plus nombreux ont été les facteurs de stress dans les années précédentes, plus la satisfaction des partenaires sur leur relation augmente. Cette constatation qui vaut qu’on ait eu ou non des enfants, confirme la thèse selon laquelle les couples se « serrent les coudes » dans les moments difficiles. Le conseil conjugal reste une option envisageable, pour la majorité des couples « qui ne vont pas bien », même si les hommes se montrent un peu plus réfractaires à « parler de leurs problèmes».

 

Le Dr Jacqui Gabb, co-auteur du rapport, conclut sur une note positive: A l’heure de la crise et des difficultés pour de nombreux ménages, il y a certes l’augmentation du nombre de divorces mais il y a aussi la capacité du couple à survivre et à se renforcer face à l’adversité. Finalement, ajoute-t-il « un geste d'amour, un « je t’aime », une tasse de café ou un bon film ensemble vaut mieux qu’un cadeau ».

 

Source: The Open University Final Enduring Love Report

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans What else
commenter cet article

commentaires

Lily 16/01/2014 14:25

D'accord. J'arrête la pma et je deviens homo. Ou alors je change de sexe.

6cellules 17/01/2014 10:01



Voilà. C'était si simple en fait! Bises Apo



Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives