Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 19:31

Un peu d'espoir pour toutes celles qui galèrent avec cette maladie. Ou comment des chercheurs canadiens ont identifié une protéine qui jouerait un rôle clef dans la physiopathologie de l'endométriose. Un espoir donc d'un traitement plus ciblé... qui permettrait de conserver le fonctionnement des ovaires et donc maintiendrait la fertilité...

 

ENDOMÉTRIOSE: Identification d’une protéine clé, nouveau traitement en vue

SantéLog / American Journal of Pathology

 

Règles douloureuses et infertilité font partie des conséquences fréquentes de ce trouble gynécologique qui touche une femme sur 10, l’endométriose. Cette équipe du Centre de recherche du CHU de Québec vient de franchir un nouveau pas dans la compréhension de ce trouble en découvrant comment une protéine, MIF, en excès entretient le développement de l’endométriose. Ces résultats publiés dans l’American Journal of Pathology en septembre 2012 et commentés dans l’édition de décembre de F1000 Medicine, marquent non seulement un grand pas dans la connaissance de ce trouble mais vont permettre la mise au point d’un traitement plus efficace.

 

L’endométriose est entraînée par la prolifération de cellules endométriales en dehors de l’utérus. En temps normal, ces cellules qui tapissent l’utérus sont évacuées avec les menstruations et c’est  leur prolifération à l’extérieur de l’utérus provoque des réactions immunitaires et inflammatoires et entraîne des douleurs. Ainsi, une fois sur deux environ, les règles douloureuses seraient attribuables à l’endométriose, responsable aussi de saignements irréguliers, de maux de dos, de problèmes intestinaux et, dans 40 à 45 % des cas, d'infertilité. L’endométriose pourrait même prédisposer au cancer de l’ovaire dans certains cas plus rares.

 

Nos travaux démontrent qu’une protéine, le MIF (Migration Inhibitory Factor), qui en situation normale permet la multiplication cellulaire, la réparation des tissus et la production de nouveaux vaisseaux sanguins, est en excès dans le cas de l’endométriose, explique le Dr Akoum, du CHU de Québec et professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Déjà associée par de précédentes études aux symptômes cliniques majeurs de l’endométriose, dans ce trouble, la protéine MIF produit une enzyme qui participe à l’accumulation d’œstrogène dans les cellules endométriales qui stimule à son tour la production de MIF, créant ainsi le cercle vicieux d’amplification de la maladie.

 

Objectif, ramener la concentration de MIF à un niveau normal : « Les traitements médicaux actuels pour traiter l’endométriose visent généralement la réduction de la production d’œstrogène. Ils sont associés à un fort taux de rechute et présentent des effets néfastes sur les autres tissus et organes qui ont besoin de ces hormones. En plus, puisqu’ils empêchent les ovaires de fonctionner et de produire les hormones nécessaires au maintien du cycle menstruel et de l’ovulation, ils ne sont pas idéaux pour les femmes qui souhaitent avoir des enfants », indique le Dr Akoum. « En brisant cette boucle infernale et en ramenant la concentration de MIF à un niveau normal, on s'attaquerait non seulement au problème d'inflammation et de prolifération anormale des cellules de l’endomètre à l’extérieur de l’utérus, mais aussi à celui de la production locale et anormale d'oestrogènes. Ce traitement pourrait être administré de façon ciblée aux femmes qui produisent trop de MIF, soit environ 70 % des patientes ».

 

Sources : Communiqué Josianne Vignola Direction des communications CHU de Québec

The American Journal of Pathology doi:10.1016/j.ajpath.2012.05.018 September 2012 Macrophage Migration Inhibitory Factor Is Involved in a Positive Feedback Loop Increasing Aromatase Expression in Endometriosis

Partager cet article

Repost 0
Published by 6cellules - dans Un peu de science
commenter cet article

commentaires

fabienne 22/12/2012 19:34

et qd on ose nous dire que c'est psy....

Sophie l attente 20/12/2012 15:30

C est intéressant ! Moi qui souffre de cette pathologie et qui me retrouve avec la seule alternative de la grossesse pour la guérir. Oui mais c est bien beau faut il encore tomber enceinte hein.

Un Blog De Fiv...

  • : 6cellules
  • : Un blog de FIV, entre difficultés, doutes et espoirs. Et avec des infos scientifiques sur l'AMP
  • Contact

A Propos De Nous

  • 6cellules
  • A & A, 40 ans et des poussières, trouver, un peu tard, l'amour de sa vie et avoir envie d'un enfant. Mais un cancer il y a 10 ans et distilbène in utero... Se battre contre l'adversité, s'essouffler, s'aimer en espérant le meilleur...

Recherche

Archives